• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Génétique

Enceinte d’un garçon ou d’une fille ? Les gènes du père vous le diront

Un homme qui a eu plusieurs frères serait plus susceptible d’avoir des fils. S’il a eu plusieurs soeurs, il serait plus susceptible d’avoir des filles, selon une nouvelle étude menée auprès de milliers de familles.

Enceinte d’un garçon ou d’une fille ? Les gènes du père vous le diront AnastasiaRasstrigina/iStock

  • Publié le 23.02.2020 à 10h30
  • |
  • |
  • |
  • |


Si vous voulez connaître le sexe de votre futur enfant, regardez plutôt l’arbre généalogique du père. C’est ce que suggère une nouvelle étude menée par l’université de Newcastle (Royaume-Uni) auprès de milliers de familles. En tout, 927 arbres généalogiques ont été analysés. Ils comprenaient les données de 556 387 personnes d’Amérique du Nord et d’Europe, en remontant jusqu’à l’an 1600. Selon Corry Gellatly, auteur principal de l’étude, les hommes héritent d’une tendance à avoir plus de fils ou de filles. Un homme avec plusieurs frères est plus susceptible d’avoir des fils, tandis qu’un homme avec plusieurs soeurs est plus susceptible d’avoir des filles. “Cependant, chez les femmes, vous ne pouvez pas le prévoir”, avance le chercheur. Les résultats de ces travaux sont publiés dans la revue Evolutionary Biology.

Une histoire de chromosomes

Jusqu’à maintenant, on savait que les hommes déterminaient le sexe du futur bébé en fonction du chromosome, X ou Y, compris dans leur sperme. Un chromosome X qui se combine avec le chromosome X de la mère donnera une fille (XX), et un chromosome Y qui se combine avec le chromosome X de la mère donnera un garçon (XY). Pour les chercheurs de l’université de Newcastle, il existe un gène encore non identifié, qui permet d’influencer le nombre de chromosomes X ou Y compris dans le sperme, et donc le sexe du futur enfant.

Plusieurs combinaisons possibles

Un gène est composé de deux parties, appelées allèles. Chaque partie est héritée d’un des deux parents. Dans son étude, Corry Gellatly émet l’hypothèse selon laquelle les hommes puissent porter deux types d’allèles différents. Cela signifierait donc que trois combinaisons sont possibles pour un gène. Les hommes avec la première combinaison (nommée mm) produisent plus de chromosomes Y et ont plus de fils. Les hommes avec la deuxième combinaison (mf) produisent à peu près le même nombre de fils et de filles. Les troisième (ff) produisent plus de chromosomes X et ont donc plus de filles.

La clé de l’équilibre de la population ?

Ce gène transmis par les deux parents, qui fait que certains hommes ont plus de fils et d’autres plus de filles, peut expliquer pourquoi nous voyons le nombre d’hommes et de femmes à peu près équilibré dans une population. S’il y a trop d’hommes dans la population par exemple, les femmes trouveront plus facilement un partenaire, de sorte que les hommes qui ont plus de filles transmettront plus de leurs gènes, ce qui fera naître plus de femmes dans les générations futures”, détaille Corry Gellatly.

L’exemple de la guerre

Cette théorie pourrait expliquer, selon l’auteur de l’étude, le fait que le nombre de garçons a soudainement augmenté dans les pays qui ont participé aux deux guerres mondiales. En effet, les hommes qui ont eu plus de fils avaient plus de chances de voir l’un d’entre eux revenir vivant du front. Ces survivants, qui avaient hérité du gène de leur père, pouvait donc par la suite donner naissance à plus de garçons. À l’inverse, ceux qui avaient plus de filles risquaient de perdre leur fils unique et avec, le gène pour donner naissance à plus de filles.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité