Publicité

QUESTION D'ACTU

Hypothèse

Dépression du post-partum : donner naissance à un garçon serait soit disant un facteur de risque

Les femmes accouchant d'un garçon auraient 71 à 79% de risque en plus de souffrir de dépression du post-partum que les autres. Une conclusion tirée uniquement du cerveau des auteurs et certainement pas de l'étude. Explications.

Dépression du post-partum : donner naissance à un garçon serait soit disant un facteur de risque bukharova/iStock

  • Publié 10.11.2018 à 18h01
  • |
  • |
  • |
  • |


Tristesse, irritabilité, prise de distance par rapport à l’enfant, perte d’appétit… Contrairement au baby blues surtout dû à un bouleversement hormonal majeur et qui survient immédiatement après l’accouchement pour disparaître rapidement après, la dépression du post-partum peut se manifester à tout moment suivant la naissance de l’enfant et durer plusieurs mois.

Environ une femme sur dix en souffrirait. Et d’après une étude britannique parue en octobre dans la revue Social Science & Medicine, le risque serait accentué chez celles ayant accouché d’un garçon. Une conclusion bien audacieuse.

Une conclusion étonnante

Pour en arriver à cette étonnante conclusion, Sarah Myers et Sarah Johns, chercheuses à l’Université de Kent, ont interrogé un échantillon biaisé de 296 femmes (pas de tirage au sort). Au regard des réponses obtenues, elles en ont déduit que le risque de dépression du post-partum était de 71 à 79% plus élevé chez les femmes ayant eu un garçon que chez celles ayant eu une fille...

Selon elles, cela pourrait s’expliquer par le fait que la gestation des fœtus masculins serait associée à des risques d’inflammation. Or d’après l’étude, les femmes ayant souffert de complications à la naissance auraient 174% de plus de risque de souffrir de dépression du post-partum.

Des résultats à prendre avec des pincettes 

"Le fait de découvrir qu’avoir un petit garçon ou une naissance difficile augmente le risque de dépression du post-partum chez une femme offre aux professionnels de santé deux nouvelles façons simples d’identifier les femmes qui auraient particulièrement besoin d’un soutien supplémentaire au cours des premières semaines et des premiers mois du bébé", conclut donc la chercheuse.

Concernant la nocivité des garçons, il s'agit d'une conclusion à prendre plus qu'avec des pincettes car "association n'est pas causalité", et de nombreux facteurs associés au sexe masculin peuvent jouer un rôle dans cette association.

Par exemple, récemment, une étude américaine a également démontré que les femmes qui n’étaient pas bien encadrées au niveau des douleurs pendant et après l’accouchement avaient plus de risques de souffrir d’une dépression du post-partum. Or, s'il y a quelque chose de sûr, c'est que les garçons sont légèrement plus gros à la naissance que les filles et qu'il est possible que l'accouchement d'un garçon soit un peu moins facile et un peu plus douloureux... Ce n'est là encore qu'un exemple de biais possible et ce n'est pas l'explication

Le suivi après l'accouchement est essentiel

Pourtant, tous ces ennuis pourraient facilement être évités, assurent les scientifiques. "La dépression postnatale (DPN) est une maladie qui peut être évitée, et il a été démontré que le fait de donner une aide et un soutien supplémentaires aux femmes à risque peut réduire leur risque d’en être victimes", explique ainsi Sarah Johns dans un communiqué publié mercredi 7 novembre sur le site de l’Université de Kent.

En effet, d’après l’étude, les femmes ayant des tendances dépressives avaient été mieux accompagnées avant et après l’accouchement, et avaient donc moins de chance de développer une dépression postnatale que les autres. "Pendant de nombreuses années, nous avons été préoccupés par la façon de gérer la douleur de l'accouchement, mais la douleur du post-partum est souvent négligée. Nos résultats indiquent que nous devons aussi aider les mères à gérer la douleur après la naissance du bébé", expliquaient les chercheurs.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité