Publicité

QUESTION D'ACTU

La rage de vivre

Dépression post-partum : la notion de colère devrait être intégrée dans le dépistage

Christine Ou, doctorante à l'Université de la Colombie-Britannique, plaide pour que la notion de colère soit intégrée dans le dépistage des dépressions post-partum. 

Dépression post-partum : la notion de colère devrait être intégrée dans le dépistage SIphotography / istock

  • Publié 27.06.2018 à 13h20
  • |
  • |
  • |
  • |


Pour éviter un retour de couche, il est désormais bien établi qu’il faut surveiller l’humeur post-partum. Pour ce faire, l'Échelle de dépression postnatale d'Édimbourg sert à dépister d’éventuels sentiments dépressifs ou anxieux chez les mères. "Nous savons que les mères peuvent être déprimées et anxieuses pendant la période postnatale, mais les chercheurs n'ont pas vraiment prêté attention à la colère jusqu’ici", déplore à ce propos Christine Ou, doctorante à l'Université de la Colombie-Britannique.

La colère des nouvelles mamans peut avoir de multiples causes

Dans son étude récemment publiée dans Birth, elle explique encore : "il est admis qu'être à la fois en colère et déprimé aggrave l'intensité et la durée de la dépression post-partum. Cela peut avoir de nombreux effets négatifs sur la mère, l'enfant et sur la relation entre les parents". De ce fait, la scientifique estime que la notion de colère devrait être intégrée dans le dépistage des dépressions post-partum.

Via son analyse psychiatrique, Christine Ou explique que la colère des nouvelles mamans peut avoir de multiples causes. Elle cite notamment le sentiment d'impuissance, le décalage entre la réalité et les attentes de la maternité et l'impression d'être abandonnée, qui trouve souvent racine dans la relation au conjoint, à la famille ou au personnel soignant. "Les mères peuvent aussi se sentir jugées en permanence, lorsqu’elle font le choix de ne pas allaiter par exemple", complète Christine Ou.

La question de l’œuf et la poule

Sociologiquement, l’analyse note que l’expression de la colère n’est pas acceptée dans de nombreuses cultures, en particulier chez les femmes. Les médecins en charge de l’évaluation des dépressions post-partum n’auraient ainsi pas intégré la notion de colère du fait des moules sociaux. Reste la question de l’œuf et la poule. "Dans la dépression post-partum, nous ne savons pas nécessairement ce qui est arrive en premier - la dépression ou la colère - mais dans tous les cas, nous devrions mieux regarder si les mères éprouvent de la colère après avoir accouché", résout Christine Ou.

Sa directrice de thèse conclut : "nous savons que les enfants qui sont exposés à la colère ou à la dépression de leurs parents courent un plus grand risque de développer des problèmes émotionnels. Cette nouvelle recherche indique qu'il est important que les professionnels de santé et les chercheurs étudient la colère maternelle pendant la période postnatale, afin de comprendre et de gérer ce risque".

Une femme sur cinq ne serait pas traitée

La dépression post-partum toucherait entre 10 et 15% des femmes. Il ne s’agit pas du baby blues, qui apparaît et disparaît lors des deux premières semaines suivant l’accouchement, mais d’une véritable dépression qui s’installe entre un et deux mois plus tard. Elle peut durer plusieurs mois, voire même un ou deux ans. A en croire les résultats d’une étude menée à l’université de North Carolina State (États-Unis), et publiés dans la revue Maternal and Child Health Journal, une femme sur cinq ne serait pas traitée.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité