Publicité

QUESTION D'ACTU

Deux cas confirmés à Bordeaux et Paris

Pourquoi le virus chinois effraie la France et le monde

Aucun vaccin ni traitement n'existent pour se protéger du coronavirus chinois qui a déjà fait plus de 20 morts. Deux cas de patients contaminés ont été confirmés en France, à Bordeaux et à Paris. Les autorités sanitaires ne peuvent que mettre les malades à l'isolement et tenter de contrôler les rassemblements et les déplacements qui favoriseraient sa propagation.

Pourquoi le virus chinois effraie la France et le monde jarun011

  • Publié le 24.01.2020 à 20h50
  • |
  • |
  • |
  • |


Alors que deux cas de patients contaminés par le coronavirus ont été confirmés en France (l'un des patients est hospitalisé au CHU de Bordeaux, l'autre à l'hôpital Bichat à Paris), la Chine sonne le branle-bas de combat pour éviter la propagation du coronavirus qui a déjà fait plus de 20 morts : mise en quarantaine de trois villes, dont Wuhan d'où semble être partie l'épidémie, fermeture des portes de la Cîté Interdite à Pékin et, surtout, annulation de toutes les festivités qui devaient marquer le Nouvel An Chinois.

La virulence du virus fait craindre un drame comparable à celui du SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère) qui avait causé la mort de plusieurs centaines de personnes en Chine et à Hong Kong en 2003. Au point que l'Organisation Mondiale de la Santé) pourrait déclencher une "urgence de santé mondiale", procédure exceptionnelle qui n'a été décrétée que 5 fois depuis la création de cet organisme: en 2005 pour l'épidémie de grippe H1N1 en Asie, en 2014 pour la propagation de la poliomyélite dans plusieurs pays, la même année pour la fièvre hémorragique Ebola en Guinée, au Libéria et en Sierra-Leone, en 2016 dans les régions infectées par le virus Zika transmis par les moustiques et en 2019 à nouveau pour la fièvre Ebola en République Démocratique du Congo.

"Un virus est très difficile à tuer !"

Si cette épidémie liée à un coronavirus effraie ainsi la Chine et les autorités mondiales de la santé, c'est parce que la propagation des maladies virales reste difficilement contrôlable: tant qu'il n'existe pas de vaccin ou de traitement antiviral adaptés, il est impossible de combattre efficacement le mal. En effet, contrairement aux infections dues à des bactéries -avec des réserves puisque certaines deviennent résistantes aux antibiotiques existants- , les infections virales sont très compliquées à combattre.

"Le virus est un message génétique un peu protégé par quelques protéines pour ne pas être dénaturé par l'environnement, et ce message génétique va pénétrer dans une cellule grâce à laquelle il peut vivre et se répliquer, mais il ne peut exister de manière autonome; comme il ne vit pas réellement, il est donc très difficile à tuer!", expliquait en 2003 dans l'émission de France Culture "Sciences Frictions" le médecin et virologue Alain Goudeau, inventeur du premier vaccin contre l'hépatite B, dont les propos ont été rappelés hier sur le site de la radio.

Aucun vaccin ni aucun traitement

Le virus repéré comme responsable de l'épidémie qui est partie de Wuhang en Chine a été identifié comme un coronavirus, du type de ceux qui sont parvenus à franchir la barrière entre l'animal, leur réservoir le plus commun, et l'homme. Comme on ne connait pas encore grand chose de ses particularités en dehors du fait qu'il a, comme tous les coronavirus, une grande capacité à muter et à s'adapter aux organismes dans lesquels il se propage, on ne dispose évidemment d'aucun vaccin ni d'aucun traitement pour s'attaquer à lui.

En dehors des mesures de prévention prises par les autorités sanitaires qui consistent à limiter les risques de transmission en contrôlant les rassemblements et les déplacements des individus, les médecins ne peuvent agir que sur la prise en charge des symptômes qui se manifestent chez les patients contaminés: fièvre et difficultés respiratoires qui ressemblent un peu à certains symptômes de la pneumonie. Dans la majorité des cas, ces soins permettent à l'organisme de résister. Mais des personnes fragiles, notamment les personnes âgées, risquent des complications qui peuvent aller jusqu'au décès.

Covid-19 : Nos Podcast audio, nouveaux rendez-vous quotidiens sur l'actualité

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité