• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Nutrition

Cholestérol : la plupart des études sur les œufs seraient erronées

Aux Etats-Unis, 85% des études menées sur les œufs et le cholestérol ces dernières années seraient financées par l'industrie des œufs, dénoncent des scientifiques. 

Cholestérol : la plupart des études sur les œufs seraient erronées Watcharin panyawutso/iStock

  • Publié le 18.12.2019 à 15h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Le cholestérol est un lipide jouant un rôle central dans de nombreux processus biochimiques. Indispensable au bon fonctionnement de l’organisme, il participe notamment à la synthèse de la vitamine D au niveau de la peau. Il est transporté par les lipoprotéines. Alors que les lipoprotéines à haute densité (HDL) le transportent vers le foie où il est dégradé, ce qui permet d’éliminer les excès, les lipoprotéines à faible densité (LDL) le conduisent vers les cellules du corps, ce qui empêche son élimination. D’où le surnom de mauvais cholestérol, dangereux pour la santé quand il est trop important. Auquel cas, il peut favoriser l’athérosclérose (accumulation de plaques graisseuses sur les parois des vaisseaux sanguins), qui augmente le risque d’AVC, de crise cardiaque et de maladie artérielle périphérique.  

Les œufs étant riches en cholestérol, les scientifiques craignent depuis longtemps qu’en consommer en excès n'entraîne un taux trop élevé de cholestérol dans le sang. Toutefois, jusqu’à présent, les résultats des études n’ont pas donné grand chose. Et pour cause : de nombreuses recherches seraient financées par l’industrie des œufs elle-même, dénoncent des scientifiques le 11 décembre dans l'American Journal of Lifestyle Medicine. 

“Ces dernières années, l'industrie des œufs, surtout dans le cadre de programmes administrés par le gouvernement fédéral (des États-Unis), a financé des études sur les effets des œufs sur les concentrations de cholestérol sanguin. (…) La possibilité que le financement de la recherche par l'industrie influe sur les décisions stratégiques en matière de nutrition est devenue une préoccupation importante”, expliquent les auteurs en préambule de leur papier. 

85% des études sur les œufs financés par l’industrie des œufs

D’après leur méta-analyse, le financement des études par l’industrie des œufs a considérablement augmenté de 2010 à 2019 pour passer à 60% au cours de cette période. Si 85% des études montraient que les œufs augmentaient le cholestérol sanguin, les auteurs des papiers financés par l’industrie avaient tendance à minimiser l’importance de ces résultats, dénoncent les chercheurs aujourd’hui. D’après eux, 49% des articles financés par l’industrie ont présenté des conclusions ne correspondant pas aux résultats, contre 13% des articles financés différemment. 

A titre d’exemple, dans une des études incriminées, les chercheurs ont demandé à des étudiants de manger des œufs au petit-déjeuner cinq jours par semaine pendant quatorze semaines. A la fin de l’étude, le mauvais cholestérol des participants avait augmenté de 15%. Mais, étant donné qu’il y avait plus de 5% de chances que cette augmentation ait été due au hasard, les auteurs ont conclu qu’un “supplément de 400 mg/jour de cholestérol alimentaire n'avait pas d'effet négatif sur les lipides sanguins”. 

“Il aurait été approprié que les chercheurs signalent que l'augmentation du cholestérol associée aux œufs aurait pu être due au hasard. Au lieu de cela, ils ont écrit que les augmentations n'ont pas eu lieu du tout. Des conclusions similaires ont été rapportées dans plus de la moitié des études financées par l'industrie”, dénoncent les chercheurs de la nouvelle étude. “Il est important de faire la différence entre l'absence d'une différence statistiquement significative et l'absence d'une différence”, insistent-ils, très inquiets de cette tendance.

“Des études erronées”

Car cette dernière a le pouvoir d’influencer les politiques. A tel point qu’en 2015, le US Dietary Guidelines Advisory Committee notait : “les données disponibles ne montrent aucune relation appréciable entre la consommation de cholestérol alimentaire et le cholestérol sérique” avant de finalement se rétracter en conseillant de manger “le moins possible de cholestérol alimentaire”.

“Ces dernières années, l'industrie des œufs a cherché à neutraliser l'image malsaine de l'œuf en tant que produit augmentant le cholestérol en finançant davantage d'études et en faussant l'interprétation des résultats”, alerte le docteur Neal Barnard, auteur principal de l’étude. Et de dénoncer l’action de l’American Egg Board, un organisme autorisé par le gouvernement fédéral et financé par l’industrie dont le rôle est “d’augmenter la demande pour tous les œufs et ovoproduits américains”.

“L'industrie des œufs a déployé des efforts intenses pour tenter de démontrer que les œufs n'ont pas d'effet négatif sur le taux de cholestérol sanguin. Pendant des années, des études erronées sur les effets des œufs sur le cholestérol ont trompé la presse, le public et les décideurs pour servir les intérêts de l'industrie”, conclut Barnard.

En France, où 19% des adultes sont en hypercholestérolémie (cholestérol LDL-C supérieur à 1,6 g/l), la plupart des médecins et des nutritionnistes recommandent de manger six œufs par semaine maximum.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité