Publicité

QUESTION D'ACTU

Maladie auto-immune

Sclérose en plaques : une nouvelle molécule freine sa progression

La molécule qui freine la progression de la sclérose en plaques ouvre la voie à de nouvelles thérapies.

Sclérose en plaques : une nouvelle molécule freine sa progression wildpixel/iStock

  • Publié 24.11.2019 à 15h00
  • |
  • |
  • |
  • |


La sclérose en plaques (SEP) est une maladie auto-immune chronique du système nerveux central. Elle se caractérise par une réaction inflammatoire dans la substance blanche du cerveau et de la moelle épinière. Dans la plupart des cas, cette maladie évolue par poussées inflammatoires focalisées avec apparition d’un ou plusieurs signes neurologiques lors de la poussée. Leurs survenues sont  imprévisibles et leur fréquence et leur intensité varient pour chaque patient. La gravité et le délai de progression de la maladie sont donc variables d'un malade à l'autre.

Dans une étude publiée dans Science Translational Medicine, le neurologue Alexandre Prat et des chercheurs lèvent le voile sur une molécule baptisée ALCAM (Activated Leukocyte Cell Adhesion Molecule). Les résultats de leurs travaux, menés in vitro chez l’humain et in vivo chez la souris, pourraient permettre la mise au point d’une nouvelle génération de thérapies pour traiter cette maladie auto-immune.

Fatigue, manque de coordination, problèmes de vision et troubles cognitifs

En temps normal, la barrière hématoencéphalique protège notre cerveau des agressions. Elle empêche, par exemple, des cellules du système immunitaire comme les lymphocytes d’envahir notre système nerveux central. Chez les personnes atteintes de SEP, cette frontière est perméable, si bien qu’un grand nombre de lymphocytes s’infiltrent dans le cerveau.

Les lymphocytes B sont responsables de la phase progressive de la sclérose en plaques. Cela mène à une détérioration de tissus, dont la gaine de myéline qui protège habituellement les neurones et assure la transmission de l’influx nerveux. Certains médicaments, communément appelés antilymphocytes B, ralentissent son évolution et diminuent le handicap qui en résulte. La sclérose en plaques peut en effet provoquer des symptômes tels que fatigue extrême, manque de coordination, problèmes de vision, troubles cognitifs et changements d’humeur.

Diminuer la pénétration des lymphocytes dans le système nerveux

En ciblant la molécule ALCAM, les lymphocytes continuent à circuler dans le corps du patient, et continuent à le défendre contre les infections, mais sans se rendre jusqu’au cerveau. “Cette molécule permet de diminuer la pénétration des lymphocytes B dans le système nerveux central. En bloquant cette molécule sur des souris, l’entrée des lymphocytes B dans le cerveau a diminué et a ainsi freiné la progression de la maladie.”

“La molécule ALCAM s’exprime de façon plus importante sur les lymphocytes B des personnes atteintes de sclérose en plaques. En ciblant spécifiquement cette molécule, nous pourrons désormais explorer d’autres voies thérapeutiques pour traiter la maladie”, explique le Dr Prat.

https://www.pourquoidocteur.fr/MaladiesPkoidoc/992-Sclerose-en-plaques-traiter-tot-pour-reduire-le-handicap

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité