Publicité

QUESTION D'ACTU

Alcoolisme

L’auto-médication au kratom peut se révéler dangereuse pour soigner l'alcoolisme

Le kratom, une plante à base d’opioïdes, n'est pas la meilleure solution pour traiter les patients ayant un problème avec l’alcool. 

L’auto-médication au kratom peut se révéler dangereuse pour soigner l'alcoolisme SomchaiChoosiri/iStock

  • Publié 23.11.2019 à 10h30
  • |
  • |
  • |
  • |


Aux Etats-Unis, près de 15 millions de personnes ont été diagnostiquées comme ayant des troubles liés à leur consommation d’alcool. Parmi eux, un nombre croissant utiliseraient en auto-médication du kratom, une plante originaire d’Asie du Sud-Est censée posséder des propriétés médicinales. Ce produit, qui contient des opioïdes, est accessible en vente libre dans les magasins spécialisés. Le kratom a été classée par la Food and Drug Administration, l’agence du médicament américaine, parmi les “médicaments préoccupants”. Le coût de la consommation d'alcool pour les particuliers et la société aux Etats-Unis est estimé à plus de 250 milliards de dollars par an.

Alors que l’utilisation du Kratom fait toujours l'objet d'un débat au sein des législateurs américains, la dernière étude publiée dans l'édition du 8 novembre du British Journal of Pharmacology, menée par l'équipe de scientifiques de l'université Purdue, dans l’Indiana (Etats-Unis), souligne que l'utilisation du Kratom pour traiter les troubles liés à l'alcool n'est peut-être pas la meilleure solution. L'étude a été menée en collaboration avec des chercheurs du Memorial Sloan-Kettering et de l'université de Washington. Les équipes ont examiné les effets potentiels du kratom et de ses composants sur l'organisme et sur sa capacité à réduire la consommation d'alcool.

L'addiction à l'alcool testé sur des souris

Selon l'étude, les troubles liés à la consommation d'alcool et d'autres drogues sont devenus un problème de santé majeur partout aux États-Unis, avec un nombre croissant de personnes souffrant de maladies déclenchées par l'automédication au kratom. Certaines personnes utiliseraient le kratom afin de briser un cycle de dépendance à l'alcool. Pour les besoins de cette étude, les scientifiques ont examiné les effets du kratom sur les personnes ayant un problème d'alcoolisme. 

Richard van Rijn, professeur de chimie médicale et de pharmacologie moléculaire à l’université Purdue, a dirigé l'équipe de recherche. “Le grand défi est que les troubles liés à la consommation d'alcool ne sont pas traités adéquatement avec les médicaments actuellement disponibles ; en fait, moins de 10 % des patients reçoivent un traitement. Il existe peu de pharmacothérapies efficaces pour traiter ces troubles, il est donc essentiel de trouver de nouveaux et meilleurs traitements pour aider les gens à gérer leur maladie.”

Des influence positive associés à des effets secondaires

Les chercheurs ont réalisé leurs études sur huit souris, afin de voir leur réaction au kratom. Ils leur ont fait consommer de l’eau et de l’alcool, puis leur ont donné du kratom. Ils se sont aperçus que la plante diminuait leur envie de consommer de l’alcool, mais qu’elle avait également des effets secondaires, comme l'altération de la locomotion. Les scientifiques ont découvert que l'utilisation du kratom pour traiter les troubles liés à l’alcoolisme peut s'avérer efficace dans certains cas, mais son innocuité est remise en question. Selon Richard van Rijn, l'étude appuie l'utilisation d'autres thérapies qui ne produisent pas les effets secondaires associés à l'utilisation du kratom.

La consommation excessive d’alcool représente un enjeu de santé publique dans l’Hexagone, où l’alcoolisme serait responsable de 49 000 décès par an. En France, selon Alcool info service, 10% des Français consommeraient de l’alcool quotidiennement. Le vin reste la boisson alcoolisée la plus consommée en France, suivie de la bière et des alcools forts. Notons cependant que la consommation d’alcool en France a cependant beaucoup diminué. Selon les chiffres de Santé publique France, nous sommes passés de 26 L d’alcool pur par habitants de plus de 15 ans en 1961 à 11,7L en 2017. La consommation excessive d’alcool est la deuxième cause de mortalité évitable dans le pays, juste derrière le tabac.  

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité