Publicité

QUESTION D'ACTU

La France gravement touchée

L’alcool tue 3 millions de personnes chaque année dans le monde

Un décès sur 20... Davantage que le Sida, la tuberculose et le violence réunis… Un décès sur 20 est dû, dans le monde, à l’alcool. Alcoolisation aigüe, de plus en plus chez les jeunes ; Alcoolisation chronique avec des maladies classiques comme la cirrhose, mais aussi accidents de la circulations, blessures, homicides et ce que l’on sait moins : maladies infectieuse, cardiovasculaires ou diabète. Malheureusement la France n’est pas la dernière !

L’alcool tue 3 millions de personnes chaque année dans le monde IStock/Wavebreakmedia

  • Publié 22.09.2018 à 10h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Nous sommes champions du monde du ballon rond depuis quelques semaines, mais nous avons longtemps été les champions d’Europe du verre ballon ; L’Europe est la région du monde où l’on boit le plus

Triste titre puisqu’il s’agit de celui de la consommation d’alcool par habitant.

 Le point sur notre consommation d’alcool.

 Vaste programme dans un pays où la “biture fait rire” et où l’initiation au vin est un rite familial quasi incontournable. Il existe des idées reçues qui alimentent souvent notre bonne conscience. Par exemple, entre 3 amis qui se retrouvent au café et qui boivent l’un, un demi de bière, l’autre, un verre de vin, et le troisième, un whisky, il y a photo : ils ont en effet tous bu la même quantité d’alcool pur. Ensuite, l’alcool n’est pas un stimulant, mais ralentit l’activité du cerveau. C’est même pour cela qu’il provoque des accidents de voiture. La gaieté et l’excitation qui suivent l’absorption d’alcool sont donc des leurres. Boire pour se réchauffer est une hérésie. On ressent certes une impression de chaleur car l’alcool provoque une augmentation du rythme cardiaque et de la tension artérielle. Malheureusement, cette réaction abaisse la température du corps. En fait, l’alcoolisé résiste moins longtemps au froid... Vous comprendrez pourquoi le Saint-Bernard avec son petit tonneau de rhum sous le collier avait le même effet pour les disparus dans la neige qu’une rafale de mitraillette. Les légendes ont la vie dure... Tout comme celle qui prétend que l’alcool conserve. C’est vrai que l’on conserve les cerises dans l’eau de vie et les viandes en les fumant. De là à en tirer des arguments pour boire et fumer, il y a un pas dangereux.

Pour en revenir au rôle soi-disant protecteur de l’alcool, ce sont des études américaines qui ont montré que le risque d’infarctus, par exemple, est moins élevé chez ceux qui consomment un peu d’alcool chaque jour que chez les adeptes de la sobriété. Toutefois, d’abord, il ne s’agit que d’une faible diminution, ensuite le risque de dérapage, donc d’alcoolisme, semble plus important que la protection.

Passons maintenant aux méthodes soi-disant efficaces pour se dessaouler : le bol de café noir, la douche froide ou la sortie au grand air, n’ont comme effet que celui de réveiller, en aucun cas de faire diminuer la quantité ou les effets de l’alcool absorbé.

Quant à savoir si l’on est alcoolique, il faut évaluer la consommation hebdomadaire. C’est en effet le seul critère valable. Et la limite supérieure, c’est 14 verres de vin dits “standards” pour la femme et 21 pour l’homme. Au-dessus de cette consommation par semaine, on est proche de l’alcoolisme chronique.

Si les femmes se mettent hélas de plus en plus à pratiquer ce plaisir qui devient une vilaine habitude en cas d’excès, il faut toutefois savoir que les hommes sont trois fois plus nombreux à boire des boissons alcoolisées tous les jours que les femmes.

Plus de 30 000 hommes mourront cette année des dégâts de l’alcoolisme, beaucoup plus par cancer ou accident de la route que par cirrhose – que tous les buveurs craignent – mais qui ne représentent que 20 % de ce triste bilan. Car on sait malheureusement qu’avec l’alcool, il n’est pas besoin d’être ivre pour en mourir.

13,5% des jeunes meurent d’alcoolisme

Les spécialistes mettent également l’accent sur l’alcoolisme des jeunes, en particulier sur le « binje drinking », cette première « cuite », souvent extrêmement brutale, qui aurait pour conséquence de laisser sur le cerveau une espèce de marque indélébile qui facilitera plus tard la dépendance à cette drogue ancestrale

D’ailleurs que dire à un adolescent qui rentre ivre à la maison ? Les spécialistes de cette addiction sont formels : il ne faut pas faire référence à sa propre expérience, car les jeunes ne boivent plus comme ont pu le faire leurs parents. Il faut s’appliquer une règle absolue : ne rien dire sur le moment et attendre le lendemain, car, après avoir fanfaronné, un adolescent admet très souvent les mauvais côtés de l’ivresse…

L’alcool une drogue qui présente la particularité – avec le tabac – d’être parfaitement légale. Toutefois, à la différence de la nicotine, en aucun cas ces mêmes spécialistes ne réclament, bien au contraire, la mise hors la loi de cette partie importante de notre patrimoine et de notre culture. Le lobbying en la matière a la vie dure… Il faut insister sur un point fondamental : le soi-disant effet bénéfique est complètement contrebalancé par le risque – lorsque l’on met le nez dans ces boissons – de voir la dépendance s’installer, ce qui permet d’encourager les 25 % de Français totalement sobres à ne rien changer à leurs habitudes

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité