Publicité

QUESTION D'ACTU

Cancer du poumon

La pollution est dangereuse, même en-dessous des seuils

Deux études du Lancet mesurent les dangers de la pollution. Le risque de cancer du poumon est augmenté, même avec des taux de particules inférieurs aux normes. Et les pics de pollution provoquent des morts par insuffisance cardiaque.

La pollution est dangereuse, même en-dessous des seuils PAPIX/SIPA

  • Publié 11.07.2013 à 07h00
  • |
  • |
  • |
  • |


« C’est la dose qui fait le poison ». Ce vieux principe toxicologique a du plomb dans l’aile. L’une des plus larges études jamais conduites sur le lien entre pollution atmosphérique et cancer du poumon vient en effet de remettre en cause cette idée. Selon cette publication du Lancet, l’exposition à long terme aux particules fines (PM10 et PM 2,5) augmente le risque de développer un cancer du poumon, même si les niveaux de pollution sont inférieurs aux normes européennes en vigueur. En fait, « il n’existe pas de seuil en-dessous duquel il n’y aurait pas de risque », affirment les auteurs de cette étude.


Faut-il, du coup, abaisser les seuils de pollution autorisés ? Les chercheurs qui ont rassemblé pas moins de 17 études européennes sur le sujet, soit 313000 personnes, suivies pendant 13 ans en moyenne, ont pu mesurer qu’une hausse de pollution aux particules fines (PM2,5) de 5 microgrammes par m3 fait grimper le risque de cancer du poumon de 18%. Et le constat est le même pour les particules PM10 : une augmentation de 10 microgrammes par m3 se traduit par une hausse du risque de cancer du poumon de 22%. Par ailleurs, cette pollution issue du trafic automobile, mais aussi du chauffage urbain ou encore de l’agriculture semble surtout associée à une forme de cancer du poumon, l’adénocarcinome, qui se développe tout particulièrement chez les non-fumeurs.

 
« A ce stade, nous pourrions avoir à ajouter la pollution de l'air, même à des concentrations actuelles, à la liste des causes de cancer du poumon et de reconnaître que la pollution atmosphérique a des effets importants sur la santé publique », prévient Takashi Yorifuji de l'Université d’Hiroshima au Japon dans un commentaire lié à cette étude. Et ces « effets importants sur la santé publique » ne concernent pas que nos poumons.  Une autre étude parue elle aussi dans le Lancet révèle que la pollution atmosphérique augmente de 2 à 3% le risque d’hospitalisation et de décès à cause d’une insuffisance cardiaque. Jusqu’à maintenant, le lien entre pollution et infarctus du myocarde avait été démontré. « Là ce qui est complètement nouveau, c’est que les chercheurs démontrent qu’il y a un lien entre des pics de pollution et le nombre d’hospitalisations et de décès pour insuffisance cardiaque », déclare le Pr Yves Cottin, chef du service de cardiologie au CHU de Dijon. Mais, il faut préciser que ces hospitalisations et ces décès se produisent chez des personnes déjà atteintes d’insuffisance cardiaque. Une concentration plus importante de micro-particules va provoquer une aggravation subite de la maladie.

 

Ecoutez le Pr Yves Cottin, chef du service de cardiologie au CHU de Dijon : «L'exposition chronique conduit au developpement de la maladie et les pics de pollution déstabilisent la maladie. C'est vrai pour l'infarctus mais aussi pour l'insuffisance cardiaque.»

 

Faut-il conseiller aux insuffisants cardiaques de rester chez eux lors des pics de pollution ?

« Eviter l’activité physique ces jours là, c’est du bon sens qui doit effectivement  s’appliquer aux insuffisants chroniques comme pour les insuffisants respiratoires. Mais, cela n’empêchera pas les conséquences à long terme d’une exposition chronique, prévient le Pr Yves Cottin. Ces conseils de prévention sont d’autant plus importants qu’aujourd’hui, « nous n’avons pas de démarche thérapeutique à leur proposer. »

Mais, la solution passe sans doute plus par une démarche collective de santé publique. Les auteurs de cette étude estiment en effet que la réduction de l’émission de microparticules permettrait de limiter 8000 hospitalisations pour décompensation cardiaque.

 

Ecoutez le Pr Yves Cottin : « Lors des pics de pollution, il faut faire passer des messages de santé publique sur le fait qu’en réduisant sa vitesse, on évite des morts par maladies cardiaques. »



L’Institut de veille sanitaire est d’ailleurs favorable à ce que l’on accentue nos efforts pour réduire la pollution de l’air, et s’appuie sur l’étude Aphekom menée dans 25 agglomérations européennes dont 9 françaises pour montrer que cela aurait un réel impact. Six mois d’espérance de vie pour les plus de 30 ans et près de 1000 hospitalisations évitées chaque année pourraient être gagnés si les normes de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) en matière de pollution atmosphérique étaient effectivement respectées.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité