Publicité

QUESTION D'ACTU

Psychologie

Sexualité : jusqu’où est-on prêt à aller pour "conclure"?

Lorsque l’acte sexuel est possible, beaucoup seraient susceptibles de se présenter de façon trompeuse: ils ont tendance à s'engager et à se présenter de manière un peu trop flatteuse.

Sexualité : jusqu’où est-on prêt à aller pour \ Viacheslav Peretiatko/iStock

  • Publié 16.11.2019 à 09h00
  • |
  • |
  • |
  • |


La plupart des personnes que nous rencontrons sont honnêtes et franches dans leurs attitudes envers les autres. Cependant, lorsque le sexe prend le dessus, ces mêmes personnes peuvent changer leurs propres opinions pour se conformer à celle de la personne à séduire, allant même jusqu’à minimiser le nombre de partenaires sexuels passés.

Ces résultats proviennent de la dernière étude menée par les chercheurs du département de sciences cliniques et sociales en psychologie de l'université de Rochester (Etats-Unis) et du centre interdisciplinaire Herzliya (Israël). Il souligne que les individus peuvent falsifier la vérité lorsqu'il s'agit de se présenter à un partenaire potentiel.

Dans l'étude publiée dans le Journal of Experimental Social Psychology, les chercheurs Gurit Birnbaum, psychologue social et professeur agrégé de psychologie au CID Herzliya, et Harry Reis, professeur de sciences cliniques et sociales en psychologie à l'université de Rochester, ont conclu que les individus peuvent se conformer, se faire plaisir et parfois même mentir sur eux-mêmes lorsque la possibilité d’avoir une relation sexuelle se présente. 

Le duo a commencé à travailler sur l'hypothèse que lorsque les pensées sexuelles obscurcissent l'esprit, en d'autres termes, lorsque le système sexuel d'un individu est activé, cela l’incite à devenir plus conscient de ses premières impressions et à se livrer à une présentation trompeuse de lui-même. Lors de l'amorce sexuelle, l’esprit des gens est davantage focalisé sur l’acte à venir, ce qui conduit à l'activation de certains concepts dans le cerveau, même si ces pensées ne mènent pas encore à l’excitation génitale.

Quatre tests différents mènent à la même conclusion

Pour vérifier cette hypothèse, les chercheurs ont recruté 634 étudiants, dont 328 femmes et 306 hommes. Les sujets avaient en moyenne près de 25 ans et étaient tous identifiés comme hétérosexuels. Les chercheurs ont mené quatre études sur les sujets en exposant un groupe de participants à des stimuli sexuels et l'autre à des stimuli neutres. On leur a ensuite demandé d'interagir avec une personne du sexe opposé.

Dans la première étude, les chercheurs ont demandé aux participants de résoudre un dilemme : accepter une offre d'emploi pour partir à l'étranger ou la rejeter pour rester proche de la famille et des amis. Les deux groupes se sont vu attribuer un poste précis (un pour et un contre le déménagement à l’étranger) et ont été invités à discuter avec l'étranger dans une interaction face à face.

Les chercheurs ont constaté que les participants qui avaient été exposés à des stimuli sexuels étaient plus en accord avec la personne en face que ceux qui avaient reçu des stimuli neutres, même lorsque la personne du sexe opposé avait une opinion contraire. Les chercheurs ont interprété que cela faisait partie d'une stratégie du cerveau pour faire une impression favorable à l’autre, ce qui peut augmenter la probabilité de se rapprocher de cette personne.

Dans la deuxième étude, le chercheur a tenté de déterminer si les participants modifieraient réellement leurs préférences déjà déclarées afin de se conformer aux idéaux d'un étranger. Au début, les participants ont reçu un questionnaire pour évaluer leurs préférences dans des situations de vie données. Après quoi, ils ont été subliminalement exposés à une image sexuelle ou neutre.

On a ensuite demandé aux participants de discuter en ligne avec un autre participant, qui était en fait un membre de l'équipe de recherche du sexe opposé. On leur a ensuite demandé de passer en revue les préférences des participants avec lesquels ils interagissaient en ligne. Sur la base du profil consulté, on leur a demandé de créer leur propre profil afin qu'il puisse être envoyé par courriel à l'autre participant. Ils devaient également compléter leur profil en évaluant les éléments présentés dans le profil de l’initié. Les chercheurs ont constaté que les participants modifiaient leurs préférences pour correspondre à celles des autres participants lorsqu'ils étaient exposés à une image érotique subliminale.

Dans les troisième et quatrième études, les participants ont été interrogés sur le nombre de rapports sexuels passés et ont ensuite posé les mêmes questions lors d'un chat avec une personne qu’ils trouvaient attrayante. Les résultats ont montré que la plupart des personnes dont le cerveau sexuel était activé étaient plus susceptibles de mentir et ont signalé un nombre moindre de partenaires sexuels antérieurs. Ce phénomène a été observé tant chez les hommes que chez les femmes.

Se conformer à l'autre pour augmenter ses chances

Selon Gurit Birnbaum, “les gens font et disent à peu près n'importe quoi pour établir un lien avec une personne attirante. Lorsque votre système sexuel est activé, vous êtes motivé à vous présenter sous le meilleur jour possible. Ça veut dire que vous direz à un étranger des choses qui vous feront paraître mieux que vous ne l'êtes vraiment.”

Cependant, selon Harry Reis, “beaucoup de choses ne sont pas nécessairement ce que l'on pourrait appeler un mensonge. Même si ce n'est clairement pas la vérité, c'est une façon pour les gens de trouver des moyens de mettre l'accent sur les différents aspects qu’ils perçoivent d’eux-mêmes. Pourtant, je pense qu'il y a un certain degré d'assombrissement de la perception que l'on a de la vérité. Néanmoins, c’est toujours considéré comme un mensonge, c'est indiscutable.”

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité