Publicité

QUESTION D'ACTU

Optimisme

Nouveau traitement contre Alzheimer : effet d'annonce ou réel espoir ?

Le laboratoire Biogen a annoncé fin octobre qu'il allait demander aux autorités sanitaires américaines l'autorisation de commercialiser le “premier traitement qui réduira le déclin des fonctions cognitives et de l'autonomie” des malades d'Alzheimer. Effet d'annonce ou réel espoir? Pourquoi Docteur a interrogé le docteur Stéphane Epelbaum, spécialiste de la pathologie, sur le sujet. 

Nouveau traitement contre Alzheimer : effet d'annonce ou réel espoir ? SIphotography/iStock

  • Publié 05.11.2019 à 19h30
  • |
  • |
  • |
  • |


“Nous avons l'espoir d'offrir aux patients d'Alzheimer le premier traitement qui réduira le déclin de leurs fonctions cognitives et de leur autonomie”. Fin octobre, le laboratoire Biogen a déclaré vouloir déposer début 2020 une demande d’autorisation pour l'Aducanumab, un nouveau médicament contre Alzheimer, auprès de l’agence américaine des médicaments, la FDA. Depuis une vingtaine d’années, les recherches se multiplient dans ce domaine sans qu’aucun médicament capable d’enrayer efficacement cette maladie dégénérative qui touche plus de 35,6 millions de personnes chaque année dans le monde ne semble voir le jour. Aussi, ce communiqué a bien entendu eu l’effet d’une bombe. A tel point que l’association Vaincre Alzheimer a diffusé une vidéo titrée Alzheimer : l’espoir d’un traitement renaît. Effet d’annonce ou réelle lueur d’espoir ? Pourquoi Docteur a interrogé le docteur Stéphane Epelbaum, neurologue à la Pitié Salpetrière, à l’Institut de la mémoire et de maladie d’Alzheimer et chercheur à l’Institut du cerveau et de la moelle épinière (ICM), plutôt optimiste sur le sujet.

“Par le passé, il y a eu beaucoup d’annonces médiatisées de traitements soit-disant enfin efficaces dans la maladie d’Alzheimer. Ces annonces étaient faites sur des preuves souvent très faibles et il n’y avait pas assez d’arguments pour soutenir une efficacité des traitements préalablement avancés. Aujourd’hui, de mon point de vue, le résultat présenté par Biogen est véridique”, amorce le spécialiste.

Fin mars, Biogen avait pourtant annoncé l’arrêt des essais cliniques testant son traitement basé sur un anticorps monoclonal, l'Aducanumab, sur 2000 patients faute de résultats probants. “Quelques effets secondaires avaient été signalés qui cliniquement se traduisaient par des maux de tête chez 20% des patients traités avec l'Aducanumab, mais cela ne suffit pas à arrêter une étude. Ils ont décidé d’arrêter leur étude sur la base d’analyse de futilités, soit une analyse intermédiaire, car ils n’avaient pas de signaux forts à ce moment-là leur indiquant que le médicament allait être efficace. Ils commençaient à avoir des signaux faibles mais ont jugé que c’était insuffisant pour continuer l’étude qui leur coûtait très cher. Il faut savoir que cela coûte très cher de mener des études contre la maladie d’Alzheimer”, explique Stéphane Epelbaum.

Ralentir jusqu’à 40% la perte d’autonomie

“Cette étude dite de futilité a été menée sur des données acquises jusqu’à fin 2018. L’analyse a mis quatre mois à être effectuée et pendant ce temps-là, d’autres patients ont continué l’étude. Le 21 mars 2019, Biogen annonçait que les résultats n’étaient pas probants, mais en combinant ensuite les données des quatre mois supplémentaires avec celles de l’étude de futilité, le laboratoire a finalement décidé que le médicament était efficace selon les critères prédéfinis au démarrage de l’étude”, précise le neurologue.

Aujourd’hui, le laboratoire promet un traitement qui permettrait de diminuer les agrégats de la bêta-amyloïde, une protéine qui s'accumule et crée des plaques dans les tissus cérébraux des patients atteints d'Alzheimer, provoquant leur perte d'autonomie. Dans le détail, ce médicament réduirait de 23% le déclin cognitif par rapport à un placebo et ralentirait jusqu’à 40 % la perte d'autonomie. “Cela enrayerait la maladie et permettrait aux gens de continuer à faire les courses ou à sortir de chez eux seuls, ce qui sont des choses très importantes”, s’enthousiasme Stéphane Epelbaum.

“Désormais, Biogen relance le programme qui était mort et les chercheurs veulent voir ce que sont devenues les personnes qui ont participé aux études, afin d'examiner si celles qui étaient sous placebo vont plus mal que celles qui étaient sous traitement jusqu’en mars. Cela leur fera une vision à plus long terme de l’effet potentiel du produit”, poursuit-il.

Faire peser l’opinion publique dans la décision de la FDA  

Quant à l’approbation de la FDA, “c’est un coup de poker”, admire Epelbaum. “En faisant son annonce, Biogen veut soulever l’intérêt du public et des associations sur la maladie d’Alzheimer. Le laboratoire veut que l’opinion publique pèse dans la balance et fasse flancher la FDA”. Quand bien-même le produit serait approuvé aux Etats-Unis, il n’est pas prêt d’arriver en France. En effet, chez nous, “l’autorisation de mise sur le marché d’un médicament est souvent plus longue qu’aux USA. Il faut compter peut-être une année ou deux supplémentaires.” 

Se pose également la question du remboursement, car le médicament proposé par Biogen sera sans doute très cher. “Biogen a mis un coût considérable dans le développement de ce produit. Cela coûtera plusieurs milliers d’euros par an, peut-être 20 000. Il s’agit d’une injection mensuelle qui se fait à l’hôpital. Au début, cela se fera sans doute uniquement dans des centres spécialisés”, précise le spécialiste qui, si ce médicament arrivait en France, le prescrirait sans doute à ses patients.

“A l’heure actuelle, les résultats me semblent convaincants mais il faudrait les confirmer par les études de suivi qui devraient commencer très prochainement. J’ai besoin d’encore un peu plus de preuves pour assoir ma certitude. Là, on est sûr à 90% mais je reste prudent car cela fait très longtemps qu’on tourne autour de la maladie d’Alzheimer et qu’on cherche un traitement efficace”, explique le chercheur.

“Le traitement le plus avancé dans la recherche”

Un positionnement partagé par l’association France Alzheimer, d’après qui “la maladie gagne du terrain de jour en jour” (d’ici 2020, la France comptera probablement 1 275 000 personnes malades d’Alzheimer, selon ses chiffres). Si la nouvelle de Biogen est “synonyme d’espoir pour les nombreuses familles confrontées à la maladie et qui se retrouvent à ce jour sans solution thérapeutique (…). Il convient toutefois à ce stade d’être prudent”, écrit l’organisme sur son site. Si les analyses complementaires menées par les autorités sanitaires “sur la base des informations communiquées par Biogen” s’avèrent positives, il restera “par la suite à déterminer quels patients pourront bénéficier de ce traitement et à quelle échéance.”

En attendant d’en savoir plus, l'Aducanumab est aujourd’hui “le traitement le plus avancé dans la recherche contre Alzheimer”, conclut Stéphane Epelbaum.   

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité