Publicité

QUESTION D'ACTU

Santé publique

Obésité et surpoids en hausse chez les collégiens français

D'après une étude réalisée pour le ministère de la Santé parue ce mois-ci, 18% des élèves de troisième sont en surcharge pondérale et 5% sont obèses en France. 

Obésité et surpoids en hausse chez les collégiens français IPGGutenbergUKLtd/iStock

  • Publié 28.08.2019 à 12h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Des chiffres inquiétants. D’après une étude réalisée par la Direction des recherches, des études, de l'évaluation et des statistiques (DREES) parue ce mois-ci sur le site du ministère de la Santé, 18% des élèves de troisième sont en surcharge pondérale et 5% sont obèses en France. Soit des résultats en hausse par rapport à la même enquête publiée en 2009.

Pour en arriver à cette conclusion, les chercheurs ont suivi "un échantillon d’adolescents scolarisés en classe de troisième" dans 925 collèges sur l’année 2016-2017. Ils ont soumis les jeunes à un examen de santé et les ont interrogés sur leur mode de vie. Ils ont ainsi pu constater que le taux de surcharge pondérale était plus élevé pour les filles (20%) que pour les garçons (17%). Malgré tout, 74 % des élèves déclarent pratiquer un sport. Les garçons plus que les filles (81 % contre 67 %).

Dans le détail, les différences de poids semblent marquées par des inégalités sociales : 24% des enfants d’ouvriers sont en surcharge pondérale et 8% sont obèses contre respectivement 12% et 3% des enfants de cadres. Concernant la santé des collégiens, 79% des enfants d’ouvriers n’ont aucune dent cariée contre 77% de ceux des cadres. Par ailleurs, les enfants d’ouvriers sont moins souvent équipés de lunettes (31%) que ceux des cadres (37%) mais sont aussi plus nombreux à présenter un trouble non corrigé de la vision de loin (10% contre 3%).

63% des collégiens prennent un petit-déjeuner tous les jours

En terme d’habitudes alimentaires, 63% des jeunes interrogés déclarent prendre un petit déjeuner tous les jours contre 68% en 2009. Le genre semble beaucoup jouer : 57% des filles mangent quotidiennement le matin contre 60% des garçons. Quant aux marqueurs sociaux, les enfants d’ouvriers sont deux fois plus nombreux à ne prendre un petit déjeuner que rarement où jamais si on en croit leurs réponses. Enfin, à l’heure du déjeuner, 29% des élèves de troisième ne fréquentent la cantine que rarement ou jamais.

En conclusion, "le manque d’activité physique, un temps élevé passé devant les écrans et des prises de repas irrégulières (pouvant induire du grignotage) sont autant de facteurs de risque individuel dont l’association favorise la prise de poids chez l’adulte, comme chez l’adolescent", notent les auteurs.

15,3% d’adultes obèses en France

A terme, l’excès de poids peut entraîner de nombreux effets néfastes sur la santé. La graisse superflue peut notamment conduire à des maladies cardiovasculaires (surtout des cardiopathies et des AVC), au diabète de type 2, à des troubles musculo-articulaires tels que l'ostéoarthrite, et à certains cancers (de l'endomètre, du sein et du colon).

Pour diagnostiquer l’obésité, on calcule l’Indice de masse corporel (IMC) en divisant le poids en kg par la taille au carré. D’après l’OMS, les personnes dont l’IMC est ≥ à 25 et < à 30 sont en surpoids, et que celles avec un IMC ≥ à 30 sont obèses.

Aujourd’hui en France, d’après l’Organisation de Coopération et de Développement Économiques (l’OCDE), en 2017, 15,3% d’adultes étaient atteints d’obésité, soit un chiffre en augmentation depuis ces dix dernières années.

 

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité