Publicité

QUESTION D'ACTU

Risque d'ostéoporose

L’âge de la puberté serait un indicateur de la densité osseuse

Les adolescents connaissant une poussée de croissance pubertaire tardive auraient une densité osseuse inférieure à la moyenne, ce qui les expose à un risque accru d'ostéoporose à l'âge adulte, révèle une étude. 

L’âge de la puberté serait un indicateur de la densité osseuse Rawpixel/iStock

  • Publié 15.08.2019 à 10h25
  • |
  • |
  • |
  • |


Dis-moi à quel âge ta puberté a commencé, je te dirais si tes os sont solides.

C’est, en substance, la conclusion d’une nouvelle étude menée par des chercheurs de l’Université de Bristol. Publiés dans JAMA Network Open, ces nouveaux travaux établissent un lien entre âge auquel survient la puberté pendant l’adolescence et la densité minérale osseuse jusqu’à l’âge adulte.

Une densité osseuse inférieure à la moyenne

Pour parvenir à cette conclusion, les chercheurs ont procédé à 6 examens par imagerie médicale appelés scintigraphies osseuses sur 6 389 enfants âgés entre 10 et 25 ans. Leur objectif : évaluer si le moment de la puberté avait une influence sur la densité osseuse tout au long de l'adolescence et au début de la vie adulte.

Ils ont alors constaté que même si les adolescents ayant connu une puberté tardive rattrapaient leurs pairs en termes de croissance, leur densité osseuse demeurait inférieure à la moyenne pendant plusieurs années et ce, jusqu’à leur entrée à l’âge adulte.

Un risque accru d’ostéoporose

Or, expliquent les chercheurs, la masse osseuse maximale à la fin des poussées de croissance chez les adolescents est considérée comme une indication d'un risque futur de fracture et d'ostéoporose. Maladie silencieuse dont les premiers symptômes apparaissent en général avant 50 ans, l’ostéoporose est une maladie caractérisée par une fragilité excessive du squelette, due à une diminution de la masse osseuse et à l'altération de la micro-architecture osseuse.

"Grâce à l'étude, nous avons pu, pour la première fois, examiner en détail les enfants lorsqu'ils deviennent de jeunes adultes et observer leur densité osseuse. J'aimerais qu'il y ait plus de conseils pour les personnes qui atteignent leur puberté plus tard sur les mesures qu'elles peuvent prendre pour renforcer leurs os", explique le Dr Ahmed Elhakeem, auteur principal de l’étude.

Pour Alison Doyle, cheffe des opérations et de la pratique clinique à la Royal Osteoporosis Society, ces nouvelles recherches "s’ajoutent à une lacune actuelle dans la compréhension de la façon dont la densité osseuse change de la puberté au début de l'âge adulte". Il est selon elle "essentiel d’investir dans le domaine de la recherche pour mieux comprendre les causes de l’ostéoporose et pour aider les gens à maintenir une bonne santé osseuse tout au long de leur vie".

Les chercheurs n’ont pas encore fini leurs travaux car ils n’ont pas pu tirer de conclusions sur l’influence de la taille adulte finale sur les résultats. Comme les participants à l'étude n'ont encore qu'une vingtaine d'années, il sera important d'effectuer un suivi auprès d'eux au fur et à mesure qu'ils vieillissent pour tirer des conclusions sur les fractures à un âge plus avancé.

"Les prochaines étapes devraient inclure des évaluations plus détaillées des effets à long terme de la puberté sur la croissance et le développement osseux", conclut Alison Doyle.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité