Publicité

QUESTION D'ACTU

Innovation

Hypertension : le cerveau, site d'action des nouveaux traitements

Une nouvelle voie thérapeutique s’ouvre pour traiter l’hypertension artérielle résistante. En ciblant les mécanismes de la maladie dans le cerveau, de nouveaux traitements devraient permettre de faire baisser significativement la pression artérielle.

Hypertension : le cerveau, site d'action des nouveaux traitements Shidlovsky/iStock

  • Publié 09.07.2019 à 09h41
  • |
  • |
  • |
  • |


L’hypertension artérielle est difficile à traiter. D’abord il faut rappeler qu’un Français sur deux ne fait pas contrôler sa tension, comme le montre un sondage Ipsos réalisé en mai 2019 pour la biotech Quantum Genomics.

Et surtout, même chez les patients traités, seuls 40% sont aux objectifs définis par les consensus, à savoir 14/9. Ce qui pose le problème de l’efficacité des traitements disponibles pour la prise en charge de cette maladie qui, du fait de sa grande fréquence, est le facteur de risque responsable du plus grand nombre de décès et de handicap dans le monde.

Une molécule originale agissant sur le cerveau

Une nouvelle voie thérapeutique devrait rapidement apparaître avec la mise au point d’une molécule originale agissant non plus sur les organes périphériques comme la plupart des anti-hypertenseurs existants mais directement sur le cerveau en inhibant l’enzyme aminopeptidase-A. Cela permet de bloquer, au niveau cérébral, la transformation de l‘angiotensine II en angiotensine III, ce qui aboutit à réduire la libération de vasopressine et l’activité sympathique en améliorant la réponse baroréflexe.

Plus de 20 ans de recherche

Ce sont plus de 20 ans de travaux de recherche menés par l’université Paris-Descartes et le laboratoire INSESRM/CNRS sur lesquels l’industrie s’appuie pour mettre au point ces nouveaux médicaments.

"Les traitements actuels, fréquemment utilisés en bithérapies ou en trithérapies présentent souvent des effets secondaires gênants et au moins 30% des patients hypertendus sont mal contrôlés voie résistants ; trouver un traitement pour ces patients en échec thérapeutique est donc un véritable enjeu de santé publique, or l’hypertension artérielle est aujourd’hui l’un des parents pauvre de la recherche", souligne Jean-Philippe Milon, directeur générale d’une société de biotechnologie qui travaille à la mise au point de cette nouvelle classe d’agents anti-hypertenseurs. Ces traitements innovants devraient être accessibles dès l’année 2023.

L'interview de Fabrice Balavoine, directeur R&D d'une biotech travaillant sur l'innovation dans le traitement de l'HTA

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité