• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Jeux vidéos, écrans, tablettes…

Les jeunes chirurgiens n'ont plus confiance en leurs mains

Les étudiants en médecine ont de moins en moins de dextérité. D’après plusieurs médecins, cela pourrait être lié à leur manque d'activités manuelles pendant l’enfance. 

Les jeunes chirurgiens n'ont plus confiance en leurs mains ake1150sb/ISTOCK

  • Publié le 31.05.2019 à 20h30
  • |
  • |
  • |
  • |


Les futurs étudiants en médecine devraient pratiquer plus d’activités manuelles s’ils veulent être de bons chirurgiens, et ce dès l’enfance. Des médecins américains constatent que les jeunes chirurgiens sont de moins en moins habiles, en partie à cause du manque d’activités manuelles. 

Le rôle de l'école

Dans le New York Times, le Dr Spetzler, chirurgien du cerveau renommé, opère depuis 40 ans. Selon lui, sa dextérité lui vient du piano qu’il pratiquait enfant. "Plus tôt vous commencez à faire une activité physique et répétitive, plus les facultés motrices deviennent instinctives et enracinées." Pour certains médecins, si les internes sont moins habiles aujourd’hui, c’est à cause des activités scolaires. Elles seraient beaucoup moins pratiques qu’auparavant : moins de peinture, de musique ou de dessin. Pour d’autres, la place des écrans a aussi un rôle : on passe aujourd’hui plus de temps à les regarder qu’à utiliser nos mains pour faire des choses qui développent notre dextérité, comme la couture ou le tricot.

Le Dr Maria Siemionow, chirurgienne, pratiquait le collage et la broderie quand elle était petite, et elle est convaincue d’en avoir tiré des bénéfices pour son métier. "Si on voit qu’un point est trop serré ou que l’on a mal collé quelque chose, on doit le refaire et apprendre à mieux faire, explique-t-elle. Ce sont les compétences de base dont on a besoin pour être un chirurgien." Aujourd’hui, elle enseigne aux étudiants la pratique d’opération réalisée à l’aide d’un microscope. "Ils n’ont pas confiance en leurs mains, et je les vois devenir frustrés, ils sont impatients", raconte-t-elle. 

La question du temps de travail 

Un autre facteur influence probablement les capacités manuelles des chirurgiens. En 2003, une loi a été introduite sur le temps de travail aux Etats-Unis. Le seuil est désormais de 80 heures par semaine. Si pour l’ensemble de la population c’est une bonne nouvelle, pour les internes en chirurgie, cela représente un an d’expérience en moins sur l’ensemble de leur formation. "Aujourd’hui, la moyenne des internes travaille sur 900 cas opératoires au total, explique Thomas Scalea, chirurgien. J’en ai fait le double". 

Revoir les critères de sélection ? 

Pour tous ces médecins, il est nécessaire d’augmenter les activités manuelles à l’école et de mieux former les jeunes chirurgiens. Certains vont plus loin : ils se demandent s’il ne faudrait pas revoir les critères de sélection des étudiants en chirurgie. "On regarde leurs notes, leur productivité, leur capacité à rédiger des dissertations ou faire des recherches, mais la réalité du métier de chirurgien n’a rien à voir avec cela", explique Dr Michael Lawton, directeur général de l’Institut neurologique Barrow. Dans un futur plus ou moins proche, les étudiants en médecine seront peut-être évalués sur leurs capacités motrices outre-Atlantique. En France, l'organisation des études de médecine sera déjà complètement revue dès l'an prochain avec la fin du numerus clausus

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité