Publicité

QUESTION D'ACTU

Epaisseur du cortex cérébral

Faire de la musique stimule la concentration des enfants

La musique agit sur le cerveau. Apprendre d’un instrument modifie l’épaisseur du cortex. Cela se traduit par une meilleure capacité à se concentrer et à contrôler ses pulsions.

Faire de la musique stimule la concentration des enfants HALEY/SIPA

  • Publié 03.01.2015 à 00h50
  • |
  • |
  • |
  • |


A la faveur du Nouvel An, certains ont peut-être choisi de se mettre à la musique. Une résolution bonne pour l’oreille et le cerveau, si l’on en croit la dernière étude de l’université du Vermont (Etats-Unis), relayée par Sciences et Avenir. Jouer du piano, de la flûte ou du violon modifie une aire du cerveau impliquée dans la concentration, l’agressivité, et même l’anxiété.

 

Mieux se contrôler

Les chercheurs américains ont recruté 232 enfants âgés de 6 à 18 ans. Tous ont passé des IRM à plusieurs reprises. L’épaisseur du cortex a été soigneusement examinée sur chaque cliché. L’objectif : prouver que la pratique de la musique agit positivement sur cette zone du cerveau. 

Les résultats, parus dans le Journal of the American Academy of Child & Adolescent Psychiatry, confirment les bienfaits de l’apprentissage musical : chez les jeunes musiciens, l’épaisseur de l’aire corticale impliquée dans le fonctionnement exécutif (mémoire de travail, contrôle de l’attention, organisation, planification) change. Le contrôle et la coordination des mouvements serait à l’origine de cet effet.

 

« Jouer d’un instrument de musique est associé à une maturation plus rapide de l’épaisseur corticale dans les aires impliquées dans la planification motrice et la coordination, les capacités visuo-spatiales, et la régulation des émotions et des pulsions », analysent les auteurs, qui reconnaissent toutefois que les facteurs extérieurs doivent être pris en compte.

 

Un paramètre modifiable

Concrètement, jouer d’un instrument aide à être plus concentré, plus attentif et à mieux se contrôler. En effet, la même équipe a démontré que le cortex est plus épais chez les personnes anxieuses ou dépressives. L’attention, l’agressivité et le contrôle du comportement, même chez des enfants en bonne santé, est aussi influencée par ce paramètre.

Ces travaux attirent l’attention parce qu’ils offrent une piste thérapeutique dans certaines pathologies : l’épaisseur du cortex étant modifiable, il devient possible de lutter contre l’hyperactivité ou l’anxiété avec des moyens simples.

 

Ce n’est pas la première fois que les bénéfices de la musique sont prouvés. Plusieurs études ont suggéré que l’apprentissage de la musique stimule le cerveau sur le long terme, que ce soit en termes de réactivité, de fonction exécutive ou de mémoire. La musicothérapie, elle, a fait ses preuves dans diverses maladies, notamment la fibromyalgie.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité