Publicité

QUESTION D'ACTU

Maladie sexuellement transmissible

MST : les jeunes ne suivent pas assez leur traitement

Les maladies sexuellement transmissibles (MST) peuvent entraîner de graves complications si elles ne sont pas prises en charge.

MST : les jeunes ne suivent pas assez leur traitement noipornpan / istock.

  • Publié 29.05.2019 à 13h30
  • |
  • |
  • |
  • |


Les adolescents souffrant de MST ne se soignent pas assez, selon une nouvelle étude publiée dans le JAMA Pediatrics. Moins de 60% d’entre eux suivent l’ordonnance qui leur a été donnée aux urgences gynécologiques.

"Nous avons été étonnés de constater que les taux d'exécution des ordonnances chez les adolescents étaient si faibles", raconte Monika K. Goyal, chef adjointe dans un service d’urgence pédiatrique et directrice de l'étude. "Nos résultats démontrent le besoin impératif d'identifier des méthodes innovantes pour améliorer l'observance du traitement de cette population à haut risque", ajoute-t-elle.

Seulement 54,1% des ordonnances ont été suivies

L'étude, menée dans deux services d'urgence, a inclus des adolescents de 13 à 19 ans à qui on avait prescrit un traitement antimicrobien entre le 1er janvier 2016 et le 31 décembre 2017. Tous souffraient d’une salpingite ou de la chlamydia. Sur 696 MST diagnostiquées, 208 adolescents ont reçu des traitements antimicrobiens, mais seulement 54,1% de ces ordonnances ont été suivies.
 
"Les adolescents peuvent se heurter à un certain nombre d'obstacles pour suivre leur traitement contre les MST, y compris les frais, l'accès aux transports et les questions de confidentialité", analyse Monika K. Goyal.  

En France, le nombre de personnes diagnostiquées pour une infection à Chlamydia a été estimé à 267 097 en 2016, soit un taux de 491 pour 100 000 habitants, selon la dernière enquête de Santé Publique France. Une prédominance de l’infection est constatée chez les femmes (592/100 000 versus 380/100 000 chez les hommes). Les jeunes femmes de 15-24 ans sont les plus touchées, notamment en Ile-de-France et dans le Départements d’Outre-mer. 

Forte augmentation des diagnostics

Par ailleurs, les données montrent que le nombre de diagnostics d’infection à Chlamydia et à gonocoque en 2016 a été multiplié par 3 par rapport aux estimations de l’année 2012. Ces pathologies, qui se transmettent lors de rapports sexuels non protégés, sont très contagieuses et peuvent entraîner de graves complications si elles ne sont pas prises en charge (douleurs pelviennes chroniques, infertilité, fragilisation des muqueuses et augmentation du risque de contamination par le VIH, transmission mère-enfant…).

"La forte augmentation des diagnostics de ces infections constatée en 2016 peut être due à plusieurs facteurs. Elle peut s’expliquer tout d’abord par une sous-estimation des cas diagnostiqués en 2012 mais aussi par une intensification du dépistage et l’amélioration de la sensibilité des tests utilisés et enfin, par l’augmentation de l’incidence de ces MST elles-mêmes", précise Florence Lot, responsable de l'unité VIH/sida, hépatites B et C, à Santé publique France.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité