Publicité

QUESTION D'ACTU

Microaiguilles

Contraception : un patch à action longue durée qui fonctionne comme un vaccin

Un nouveau mode de contraception pourrait révolutionner la vie des femmes dans les pays où les soins de santé sont limités. Ce contraceptif à action prolongée s’administre comme un vaccin grâce à un patch doté de microaiguilles.

Contraception : un patch à action longue durée qui fonctionne comme un vaccin Christopher Moore/Georgia Tech

  • Publié 16.01.2019 à 13h08
  • |
  • |
  • |
  • |


Après les dispositifs intra-utérins (DIU) et les implants sous-cutanés, les femmes pourront bientôt bénéficier d’un autre mode de contraception à action prolongée : un patch à s’auto-administrer, qui fonctionne sur le même principe qu’un vaccin.

Dans un article publié dans la revue Nature Biomedical Engineering, des chercheurs du Georgia Institute of Technology, à Atlanta, expliquent avoir expérimenté avec succès sur des animaux ce patch d’un genre nouveau. Sa particularité ? Il est doté de microaiguilles qui, lorsqu’elles sont appliquées quelques secondes sur la peau, se cassent et restent sous la peau. Des polymères biodégradables libèrent alors la molécule contraceptive, le lévonorgestrel, un progestatif que l’on retrouve à faible dose dans les pilules micro-dosées.

Un patch indolore à appliquer tous les six mois

Testé lors d’un essai de phase I sur des rats, le patch à microaiguilles s’est révélé efficace pour libérer sur le long terme les molécules du contraceptif grâce, notamment, à la technologie mise au point par l’un des auteurs de l’étude, le Pr Wei Li. Afin que les minuscules aiguilles puissent rester sous la peau pour libérer progressivement l’hormone, le chercheur et son équipe ont moulé de minuscules bulles d’air dans la partie supérieure des microaiguilles, créant ainsi une faiblesse structurelle. Lorsqu’elles sont pressées sur la peau, les microaiguilles se cassent et libèrent le contraceptif au fil du temps. Le patch, lui, peut alors être jeté.

Lors des tests sur les rats, les patchs utilisés contenaient 100 microaiguilles. Pour administrer une dose adéquate de lévonorgesrel à un être humain, il faudra utiliser un patch plus volumineux. Ce dernier a déjà été fabriqué, mais pas encore testé. Les chercheurs aimeraient mettre au point un timbre qui pourrait être appliqué une fois tous les six mois.

La grande innovation de cette technologie est qu’elle exploite des travaux antérieurs sur la dissolution des microaiguilles conçues pour transporter des vaccins dans le corps. Un essai clinique de phase I sur la vaccination antigrippale utilisant des microaiguilles à dissolution rapide avait ainsi été mené en collaboration avec l’Université Emory, et suggérait qu’elles pouvaient être utilisées en toute sécurité pour administrer le vaccin.

Efficace, cette méthode est aussi indolore : les microaiguilles sont si petites qu’elles ne pénètrent que dans les couches supérieures de l’épiderme, et n’ont donc pas été perçues comme douloureuses par les participants à l’étude initiale.

Un progrès pour la santé des femmes

Pour les scientifiques, ce patch à microaiguilles constitue un progrès pour les femmes, puisqu’il leur donnera accès à un nouveau moyen de contrôle de leur fécondité et réduira le nombre de grossesses non-désirées. Il sera particulièrement efficace dans les pays en développement, où l’accès aux soins de santé, et en particulier aux modes de contraception traditionnels comme la pilule ou le stérilet, sont limités. "Notre objectif est que les femmes soient capables de s'auto-administrer des contraceptifs à action prolongée avec le patch qui serait appliqué sur la peau pendant cinq secondes une fois par mois."

Les femmes devront cependant patienter avant de pouvoir utiliser ce nouveau contraceptif. En effet, pour le moment, les tests effectués sur des rats n’ont évalué que les taux sanguins de l’hormone et n’ont pas tenté de déterminé s’il s’avérait efficace pour prévenir une grossesse. "L’objectif était de montrer que nous pouvons permettre au contraceptif lévonorgestrel de rester au-dessus des niveaux connus pour provoquer un effet contraceptif", explique le Dr Mark Prausnitz, professeur des régents à la faculté de génie chimique et biomoléculaire du Georgia Institute of Technology co-auteur de l’étude.

"Nous ne savons pas encore comment patchs contraceptifs à microaiguilles fonctionneraient chez l'humain", poursuit le chercheur. "Mais parce que nous utilisons une hormone contraceptive bien établie, nous sommes optimistes sur le fait que le patch sera un moyen de contraception efficace. Nous nous attendons également à ce que l'irritation cutanée éventuelle sur le site d'application du patch soit minimale, mais ces attentes doivent être vérifiées lors de prochains essais cliniques."

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité