Publicité

QUESTION D'ACTU

Essai de phase 1

Grippe : des essais concluants avec le patch vaccin

Ce vaccin de la taille d'un pansement est doté d'aiguilles solubles. Il n'a pas besoin d'être stocké au frigo et peut être auto-administré. 

Grippe : des essais concluants avec le patch vaccin Rob Felt, Georgia Tech

  • Publié 28.06.2017 à 13h33
  • |
  • |
  • |
  • |


Finies les aiguilles ! Une équipe de chercheurs américains a mis au point un patch-vaccin antigrippal. Son essai de phase 1 présenté dans The Lancet montre que cette alternative à la seringue est sûre et induit une réponse immunitaire robuste contre le virus influenza.

« Malgré les recommandations en faveur de la vaccination, la grippe reste une maladie majeure pouvant mener à d’importantes morbidités et mortalités », rappelle le Pr Nadine Rouphael, responsable de ces travaux et professeur d’infectiologie à l’université Emory (Etats-Unis).
De fait, là-bas comme en France, la population rechigne à se faire vacciner contre la grippe. Sur les 11 millions de Français invités à se faire vacciner chaque année, moins de la moitié se rendent chez leur médecin pour recevoir l’injection. « Avoir une option qui peut être facilement administrée et n’entraînant aucune douleur pourrait améliorer la couverture vaccinale », poursuit la spécialiste.


Des aiguilles solubles

En partenariat avec l’Institut de technologie de Georgie (Etats-Unis), l’équipe du Pr Rouphael s’est donc attelée au développement d’une alternative à la seringue. Les chercheurs ont imaginé un patch de la taille d’un pansement doté d’aiguilles microscopiques et solubles contenant le vaccin antigrippal.

Crédit : Georgia Tech

Après des tests concluants en laboratoire, ils ont étudié leur innovation sur l’homme. A partir de juin 2015, 100 participants de 18 à 49 ans en bonne santé et non vaccinés l’hiver précédent ont participé à cet essai clinique. Certains ont reçu le vaccin traditionnel, tandis que 2 autres groupes ont bénéficié du vaccin en patch. Parmi ces derniers, certains ont été vaccinés par un médecin et d’autres par des volontaires eux-mêmes. Enfin, un dernier groupe a reçu un placebo délivré par le patch.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Bonne réaction immunitaire

Les résultats suggèrent que ce mode d’administration du vaccin est sûr et n’entraîne pas d’effets indésirables. Les réactions cutanées se limitent à des rougeurs et de légères démangeaisons. Les analyses sanguines révèlent, en outre, que la réaction immunitaire induite par le vaccin est similaire avec le patch et l'injection. Une réponse encore présente 6 mois après l’inoculation.

Les chercheurs indiquent que ce mode d’administration a été plébiscité par plus de 70 % des volontaires ayant eu l’occasion de le tester. Par ailleurs, ils constatent que le patch est très facile d’utilisation : les participants vaccinés par d’autres volontaires ont présenté une protection similaire à ceux qui ont été vaccinés par un soignant.


Un auto-vaccin

Des résultats qui confirment les avantages de cette option vaccinale. « Avec le patch, vous pouvez le récupérer à la pharmacie, l’emmener chez vous, le placer sur votre peau quelques minutes, l’enlever puis le jeter en toute sécurité car les micro-aiguilles se sont résorbées. Le patch peut même être stocké à température ambiante, vous pouvez donc l’envoyer par courrier à quelqu’un », décrit l’un des auteurs, le Pr Mark Prausnitz, spécialiste en génie biomoléculaire.

Forts de ces résultats, les chercheurs espèrent pouvoir poursuivre leur essai clinique et passer en essai de phase 2. Les tests pourraient ainsi être menés chez un plus grand nombre de personnes. En parallèle, les chercheurs développent des patchs pour d’autres vaccins, tels que la rougeole, la rubéole ou la poliomyélite.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité