Publicité

QUESTION D'ACTU

Addiction au narguilé

Fumer la chicha augmente les risques de diabète et d'obésité

Fumer la chicha augmente de manière significative le risque de développer du diabète et de devenir obèse. C'est pourtant considéré par beaucoup comme une bonne alternative à la cigarette. 

Fumer la chicha augmente les risques de diabète et d'obésité Milkos / istock.

  • Publié 09.01.2019 à 10h03
  • |
  • |
  • |
  • |


C’est la première fois qu’une telle association est mise en évidence. Fumer la chicha augmente de manière significative le risque de développer du diabète et de devenir obèse, selon une nouvelle étude. La chicha (ou narguilé) est une grande pipe à eau, utilisée pour fumer du tabac. D’origine persane, on en trouve beaucoup dans le monde arabe mais aussi un peu partout dans le monde occidental, dont la France. Elle se fume généralement à plusieurs, avec du tabac aromatisé.

25 fois plus de goudron

Sur les 9 840 participants, 6 742 étaient non-fumeurs, 976 d'anciens fumeurs, 864 des fumeurs, 1 067 des fumeurs de chicha et 41 des fumeurs de cigarettes et de chicha. Seuls les consommateurs de chicha ont développé du diabète et de l’obésité. "Une seule chicha peut équivaloir à plus qu'un paquet de cigarettes, et les composés toxiques inhalés peuvent être encore plus importants", indique le directeur de l’étude. Les consommateurs de chicha inhalent ainsi 125 fois plus de fumée que lorsqu’ils fument une cigarette et 25 fois plus de goudron.

Selon lui, l’association entre la chicha, le diabète et l’obésité peut être due à plusieurs facteurs. D’abord, il est possible que les toxines de la fumée stimulent une réponse inflammatoire, ce qui perturberait les effets de l'insuline, qui régule le glucose dans le sang. Il est aussi envisageable que le narguilé soit associé à des comportements sociaux qui mènent à une prise de poids, comme le manque d’exercice physique par exemple.  

Une fausse bonne alternative à la cigarette

Comme les ventes de cigarettes chutent depuis des décennies, de nombreuses personnes se tournent vers des alternatives, dont la chicha, jugée à tort comme moins nocive que le tabac, car doté d’un appareil qui "purifie" la fumée en la faisant passer dans l'eau. Selon une étude du British Medical Journal publiée un peu plus tôt, cette pratique représente maintenant environ la moitié de tout le tabagisme chez les adolescents.

"L'utilisation de tabacs aromatisés peut être particulièrement attrayante pour les jeunes. Le narguilé ne devrait pas être traité différemment de la cigarette", avertissent les scientifiques, soulignant que la chicha a aussi été liée au développement de cancers et de maladies cardiovasculaires.

Une approche similaire à celle de la lutte contre le tabagisme

Le professeur Kamran Siddiqi, du Département des Sciences de la santé de l'Université de York, estime que "les fumeurs de chicha peuvent avoir de meilleures chances d'arrêter de fumer si le tabagisme de chicha est moins abordable et n'est pas servi dans les cafés, bars et restaurants, comme c'est le cas dans de nombreux endroits en Asie et au Moyen Orient."

Il préconise également "une approche, similaire à celle de la lutte contre le tabagisme, de sensibilisation aux risques, en particulier chez les jeunes" et ajoute "que le contrôle de son utilisation dans les espaces publics serait un pas en avant, à côté des interventions traditionnelles en matière de drogues et de comportement".

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Publicité

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité