Publicité

QUESTION D'ACTU

Niveaux élevés de toxines

Chicha : les barmen exposés au tabagisme passif

Des analyses biologiques menées sur des employés de bars à chicha montre des niveaux de toxines similaires à ceux observés chez des gros fumeurs de cigarettes.

Chicha : les barmen exposés au tabagisme passif F.LEPAGE/SIPA

  • Publié 26.01.2016 à 12h30
  • |
  • |
  • |
  • |


Le tabagisme passif, cela vaut aussi pour la chicha. Le personnel qui travaille dans les bars à narguilé serait également exposé à la fumée et à toutes ses substances toxiques, selon de nouveaux travaux publiés dans la revue Tobacco Control, qui suggèrent un risque accru de cancers du poumon et de pathologies cardiaques parmi cette population.

L’étude a été menée dans la ville de New York qui compte environ 140 bars à chicha, malgré l’interdiction officielle qui pèse sur eux (une situation similaire à celle rencontrée en France). Les chercheurs ont procédé à des analyses toxicologiques sur dix employés de quatre bars à narguilé, à la fin de leur service.

Des signes inquiétants d'inflammation 

Or, selon les résultats de ces analyses, ces personnes présentaient des niveaux élevés de toxines et des marqueurs inflammatoires que l’on associe habituellement à des troubles pulmonaires et cardiaques. En fait, les analyses biologiques de certains employés étaient similaires à celles observées chez des gros consommateurs de tabac.

Dans le détail, la quantité de monoxyde de carbone dans l'air expiré de ces travailleurs s’est avérée significativement plus élevée à la fin de leur service qu’au début. Pour deux d’entre eux, ce taux a dépassé les 90ppm (parties par million), un seuil caractéristique des gros fumeurs.

Par ailleurs, la concentration dans le sang de protéines associées à une inflammation (interféron, interleukine, facteur de nécrose tumorale) était également plus élevée. Alors que la présence de ces protéines est nécessaire pour assurer une réponse immunitaire normale, leur excès est associé à des pathologies cardiaques et des cancers.

Beaucoup plus toxique que la cigarette

De la nicotine a été détectée dans l’air de tous les bars testés par les chercheurs, malgré la législation qui prohibe les chichas réalisées à partir de tabac (les narguilé sans tabac sont, eux, autorisés mais leur présence reste très minoritaire, à New York comme ailleurs).

Enfin, la quantité de polluants dans l’organisme des travailleurs était proportionnelle au nombre de clients présents dans les bars à chicha. Les scientifiques soulignent l’absence de ventilation dans ces lieux.

Alors que la chicha est souvent associée, à tort, à un moindre risque par rapport à la cigarette, cette étude vient confirmer sa très forte toxicité. Une étude précédente publiée dans Public Health Reports, a ainsi montré qu’au cours d’une session chicha, un consommateur inhale 125 fois plus de fumée que lorsqu’il fume une cigarette, mais aussi 25 fois plus de goudron et 10 fois plus de monoxyde de carbone.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité