Publicité

QUESTION D'ACTU

Infections bactériennes invasives

Pneumocoque : la vaccination est efficace en vie réelle mais doit être adaptée

La vaccination anti-pneumococcique est efficace en vie réelle contre les infections invasives à pneumocoque (pneumonie, méningite, septicémie…) mais nécessite une adaptation du protocole vaccinal en France.

Pneumocoque : la vaccination est efficace en vie réelle mais doit être adaptée Ljupco/istock

  • Publié 07.01.2019 à 15h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Public Health England a mené une surveillance nationale des infections invasives à pneumocoque (pneumonie, méningite…) en Angleterre et au pays de Galles, afin d’estimer l'efficacité du vaccin pneumococcique non-conjugué 23-valent chez les personnes âgées.

La fréquence des infections invasives à pneumocoque en 2016/17 a été comparée aux taux de 2000-2003, lorsque ni le vaccin pneumococcique non-conjugué 23-valent ni les vaccins conjugués contre le pneumocoque n'étaient utilisés dans ces régions.

Il apparaît que les pneumocoques responsables des infections invasives changent avec l’introduction des vaccins conjugués ce qui impose de les associer au vaccin pneumococcique non-conjugué 23-valent pour couvrir les nouveaux types de pneumocoques qui apparaissent. Par contre l’efficacité du vaccin pneumococcique non-conjugué 23-valent est modérée et ne serait efficace que pendant au plus 4 ans. Ces résultats, publiés dans The Lancet Public Health, amènent à réfléchir sur le calendrier vaccinal français qui ne correspond pas exactement à ces données en vie réelle.

Une efficacité modérée du vaccin non-conjugué

L’efficacité globale du vaccin pneumococcique non-conjugué 23-valent est de 27% (IC à 95%, 17–35) après ajustement en fonction de l’âge, des maladies associées et de l’année de l’infection. L'efficacité du vaccin diminue avec le temps écoulé depuis la vaccination, passant de 41% pour les personnes vaccinées dans les deux ans (IC à 95%, 23–54) à 34% pour celles vaccinées 2 à 4 ans auparavant (IC à 95%, 16–48) et 23% pour les personnes vaccinées âgées de 5 ans ou plus auparavant (IC à 95%, 12 à 32 ans).

La fréquence d’apparition des infections invasives à pneumocoque pour les sérotypes non inclus dans les vaccins conjugués 23-valents n’a pas diminué après l’utilisation systématique du vaccin pneumococcique non-conjugué 23-valent, mais elle a augmenté de manière significative depuis l’introduction du vaccin conjugué en 2006.

Comprendre le pneumocoque

Le pneumocoque (Streptococcus pneumoniae) est une bactérie qui possède une capsule, composée de sucres complexes (polysaccharides) enveloppant la bactérie et expliquant en partie sa virulence.

Selon la nature de ces polyosides, il existe une grande diversité de pneumocoques, appelées sérotypes : il en existe une centaine dont seuls quelques-uns sont actuellement responsable des infections invasives à pneumocoque.

Comprendre les vaccins contre le pneumocoque

Les vaccins utilisés contre les pneumocoques sont fabriqués à partir des sucres qui composent la capsule. Il existe des vaccins non conjugués et des vaccins conjugués.

Le vaccin non-conjugué contient 23 sérotypes de pneumocoque (1, 2, 3, 4, 5, 6B, 7F, 8, 9N, 9V, 10A, 11A, 12F, 14, 15B, 17F, 18C, 19A, 19F, 20, 22F, 23F et 33F). Son principal avantage est la couverture sérotypique large, mais il n'est pas efficace avant l'âge de deux ans, il n'est pas capable de supprimer le portage du pneumocoque dans la gorge (à l'origine de la transmission de personne à personne) et la protection conférée est de courte durée.

Dans les vaccins conjugués, la conjugaison des antigènes polyosidiques pneumococcciques à une protéine améliore l'efficacité de l'immunisation contre le pneumocoque. Le premier vaccin conjugué contenait 7 sérotypes (4, 6B, 9V, 14, 18C, 19F et 23F). Depuis 2010, en France, le vaccin conjugué contient six valences complémentaires : 1, 3, 5, 6A, 7F et 19A. Ce vaccin conjugué 13-valent confère une protection contre les infections à pneumocoque et le portage de cette bactérie, de plus, il peut être utilisé dès l'âge de deux mois.

En pratique

En France, depuis l'utilisation du vaccin anti-pneumococcique heptavalent (contenant les sérotypes 4, 6B, 9V, 14, 18C, 19F et 23F), la fréquence des infections dues aux sérotypes vaccinaux, qui sont aussi les plus résistants aux antibiotiques, a fortement diminué chez les enfants de moins de deux ans.

Cependant, une augmentation de la fréquence des infections dues à certains sérotypes non couverts dans le vaccin conjuqué heptavalent (notamment les sérotypes 1, 7F et 19A) était en augmentation jusqu'à l'arrivée du vaccin conjugué 13-valent, qui contient ces sérotypes.

L’étude anglaise en vie réelle démontre que le même phénomène va se reproduire avec le vaccin conjugué 13-valents ce qui impose de l’associer au vaccin pneumococcique non-conjugué 23-valent.

Le protocole vaccinal en France chez les personnes âgées ou fragilisées recommande une dose de vaccin conjugué 13-valent puis une dose de vaccin non conjugué 23-valent 8 semaines plus tard, puis à nouveau une dose de vaccin 23-valent au moins 5 ans après la dernière dose. Les résultats de cette étude sont en faveur d’un raccourcissement du délai de rappel du vaccin pneumococcique non-conjugué 23-valent.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité