Publicité

QUESTION D'ACTU

Cancer du cerveau

Immunothérapie : avancée dans le traitement des tumeurs cérébrales

L'immunothérapie pourrait s'avérer efficace contre un certain type de tumeurs cérébrales, jusqu'ici résistantes à toutes les formes de traitement, chez les patients atteints de neurofibromatose de type 1 (NF1). 

Immunothérapie : avancée dans le traitement des tumeurs cérébrales Eraxion / istock

  • Publié 12.12.2018 à 10h45
  • |
  • |
  • |
  • |


L'immunothérapie s'est avérée efficace dans le traitement d'un certain nombre de cancers, mais les tumeurs cérébrales sont restées jusqu’ici obstinément résistantes. Aujourd'hui cependant, une nouvelle étude prouve qu'une tumeur cérébrale à croissance lente chez les patients atteints de neurofibromatose de type 1 (NF1) pourrait être vulnérable à l'immunothérapie. 

La NF1 est une maladie héréditaire qui peut entraîner le développement de tumeurs dans l'ensemble du système nerveux, y compris un type de tumeur cérébrale appelée gliome. Les enfants engendrent généralement un type de gliome à croissance lente, alors que les adultes ont souvent un type plus agressif.

Les gliomes sont difficiles à traiter

Qu’ils croissent lentement ou non, les gliomes sont difficiles à traiter. La plupart sont très résistantes à la chimiothérapie, et la radiothérapie peut aggraver plutôt que soulager les symptômes, comme les maux de tête par exemple. Comme les tumeurs touchent généralement les régions clés du cerveau, la chirurgie est rarement une option.

Étonnamment, peu de choses étaient connues jusqu’ici sur les changements moléculaires qui se produisent dans les tumeurs cérébrales NF1, ce qui a rendu difficile le développement de thérapies ciblées. Dans cette étude, des chercheurs ont effectué une analyse approfondie d'échantillons de tumeurs provenant de 56 patients pour créer le premier inventaire complet des altérations génétiques, épigénétiques et immunitaires des gliomes NF1. 

Concevoir des traitements individualisés

"Cet inventaire nous donnera une bien meilleure idée de la façon de concevoir des traitements individualisés, et surtout, deux résultats de notre étude pourraient avoir des répercussions cliniques immédiates sur les patients atteints de NF1", indiquent les chercheurs.

L'immunothérapie est inefficace pour la plupart des tumeurs cérébrales parce que les tumeurs sont infiltrées par un grand nombre de cellules appelées macrophages, qui contrecarrent l'attaque du système immunitaire. Ici, on a révélé que de nombreux gliomes NF1 à croissance lente contiennent peu de macrophages et produisent des protéines, appelées néoantigènes, qui peuvent déclencher une attaque du système immunitaire.

Caractéristiques immunitaires

"Nous avons été surpris de constater qu'environ 50% des gliomes NF1 à croissance lente contenaient un grand nombre de lymphocytes T capables de détruire les cellules cancéreuses", expliquent les scientifiques. Pour eux, ces tumeurs sont de bonnes candidates à un traitement par immunothérapie, qui pourrait libérer les lymphocytes T. Des essais cliniques sont en cours.

Cette étude a également découvert qu'un sous-groupe de tumeurs cérébrales chez les patients sans NF1 partage le même profil moléculaire que les gliomes NF1 à croissance lente. Des études futures devront établir si ces tumeurs cérébrales présentent les mêmes caractéristiques immunitaires et sont potentiellement vulnérables à l'immunothérapie.

Erreurs d'ADN

Bien que les tumeurs agressives au NF1 étaient remplies de macrophages susceptibles de résister à l'immunothérapie, les chercheurs ont également trouvé que plusieurs avaient une anomalie génétique qui pourrait les rendre plus sensibles aux traitements endommageant l'ADN.

Les cellules de ces tumeurs agressives peuvent se reproduire, mais les nouvelles cellules contiennent de nombreuses erreurs d'ADN. "Si nous traitons les tumeurs agressives avec des agents endommageant l'ADN, nous pourrions être en mesure d'introduire encore plus d'erreurs d'ADN qui empêcheront éventuellement les cellules de se répliquer et retarderont la croissance de la tumeur", supputent encore l’équipe internationale.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité