Publicité

QUESTION D'ACTU

Prévention

Le lien entre l’Herpès et Alzheimer se confirme et permet d’envisager un traitement

Des décennies de recherche montrent une corrélation frappante entre le risque de maladie d'Alzheimer et l'infection sévère par l’Herpès labial ou HSV1. Une nouvelle étude confirme ce lien et ouvre la perspective d’un traitement préventif simple, voire d’une vaccination, pour l’un des fléaux les plus coûteux de l’humanité.

Le lien entre l’Herpès et Alzheimer se confirme et permet d’envisager un traitement AND-ONE/iStock

  • Publié 23.10.2018 à 19h05
  • |
  • |
  • |
  • |


La maladie d’Alzheimer touche en France près de 850 000 personnes et la barre des 2 millions pourrait être atteinte d’ici 2030. Une véritable épidémie liée, entre autres, au vieillissement des populations, l’âge étant le principal facteur de risque de la maladie. Problème : les causes de cette maladie sont inconnues.

Une étude qui confirme d’autres études

Une nouvelle étude, menée par des chercheurs britanniques de l’Université de Manchester, fait apparaître l’Herpès comme l’un des principaux facteurs d’apparition d’Alzheimer. Ces résultats, publiés dans la revue Frontiers, ouvrent le champ à un traitement, voire à une vaccination.

Cela vient confirmer des études précédentes qui ont établi un lien entre Herpès et Alzheimer. Une étude post-mortem a ainsi montré que les cerveaux atteints de la maladie d’Alzheimer contenaient deux fois plus de souches du virus de l'Herpès que les cerveaux exempts de la maladie neurologique.

L’Herpès, un virus que l’on garde toute sa vie

Le virus de l’Herpès de type 1 (HSV1), ou herpès labial, reste toute la vie dans certaines cellules nerveuses (les neurones) et dans les cellules immunitaires, se réactivant lorsque les personnes sont affaiblies par le stress ou une maladie. Cette réactivation régulière et importante serait la cause, par la suite, de l’apparition de la maladie d’Alzheimer.

Itzhaki, chercheur à l'Université de Manchester qui étudie la question depuis 25 ans, a déjà montré que les boutons de fièvre sont plus fréquents chez les porteurs d'APOE-ε4, une variante du gène qui augmente le risque de maladie d’Alzheimer. "Notre théorie est que, chez les porteurs d'APOE-ε4, la réactivation est plus fréquente ou plus dommageable dans les cellules cérébrales infectées par le HSV1, ce qui entraîne l'accumulation de dommages conduisant au développement de la maladie d'Alzheimer."

Le virus de l’Herpès pourrait représenter 50% ou plus des cas de maladie d'Alzheimer

Pour le démontrer, les chercheurs ont analysé les données de la population de Taiwan où 99,9% des citoyens sont inscrits sur une base de données nationale, permettant des recherche d’informations sur les infections et les maladies microbiennes. L’an dernier, trois études ont été publiées, à partir de ces données, sur le développement de la démence sénile, dont la principale cause est la maladie d’Alzheimer, ainsi que sur le traitement de patients présentant des signes d’infection par le virus de l’Herpès. Les résultats de ces études ont permis d’affirmer le lien entre Herpès et Alzheimer. Le HSV1 pourrait être associé à 50% ou plus des cas de maladie d’Alzheimer", affirme le professeur Itzhaki.

Cette découverte permet d’envisager un traitement simple et efficace de la maladie. "Les résultats frappants de cette études démontrent que le risque d’Alzheimer est beaucoup plus grand chez les personnes infectées par le HSV1 et que le traitement antiviral anti-herpès spécifique provoquerait une diminution spectaculaire du nombre de personnes sévèrement atteintes par le HSV1 qui développent par la suite une démence".

Les dépôts de protéine comme preuve

Des résultats qui confirment les recherches précédentes d’Itzhaki et des autres chercheurs de l’Université de Manchester. Ces derniers ont en effet découvert que le HSV1 provoque des dépôts de protéines caractéristiques de la maladie d’Alzheimer : des "plaques" entre neurones et des "enchevêtrements" à l'intérieur de ceux-ci.

"L'ADN viral se trouve très spécifiquement dans les plaques des tissus cérébraux examinés post-mortem chez des personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer. Les principales protéines des plaques et des enchevêtrements s'accumulent également dans les cultures de cellules infectées par HSV1 et les médicaments antiviraux peuvent empêcher cela."

Un vaccin pour empêcher l’apparition Alzheimer ?

Bien que des travaux supplémentaires soient nécessaires pour confirmer et définir un lien de causalité direct et le mécanisme qui permettrait d'expliquer le lien entre l'infection à HSV1 et la maladie d'Alzheimer et pourquoi certaines personnes infectées ne font pas la maladie d'Alzheimer, le professeur Itzhaki est enthousiasmé par les perspectives de traitement pouvant aller jusqu’au vaccin.

"Considérant que plus de 150 publications confirment le rôle du HSV1 dans la maladie d'Alzheimer, ces découvertes de Taiwan justifient grandement l'utilisation d'antiviraux anti-herpès, sûrs et bien tolérés, pour traiter la maladie d’Alzheimer. Ils incitent également au développement d'un vaccin anti-HSV1, qui serait probablement le traitement le plus efficace."

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité