• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Infection à Vibrio vulnificus

Il est amputé de la main après avoir mangé dans un restaurant de sushis. Explications

Un Sud-Coréen s'est présenté aux urgences une douzaine d’heures après avoir mangé des fruits de mer crus dans un restaurant de sushis. Souffrant de violentes douleurs et avec une main gonflée par d'énormes cloques violacées, il a fini par être amputé. Cette histoire agite les réseaux sociaux mais le risque est très exagéré pour le mangeur de fruits de mer moyen. Les explications.

Il est amputé de la main après avoir mangé dans un restaurant de sushis. Explications New England Journal of Medicine

  • Publié le 01.09.2018 à 18h38
  • |
  • |
  • |
  • |


Suite à une intoxication alimentaire après avoir mangé des fruits de mer crus dans un sushi-shop, un coréen diabétique a déclaré une violente infection de sa main qui l'a conduit à être amputé au niveau de l'avant-bras.

Fin juillet, un homme de 71 ans se présente aux urgences avec d'énormes cloques sur la main. Il dit souffrir d’atroces douleurs à la main gauche et de fortes fièvres depuis deux jours. Ses problèmes seraient apparus une douzaine d’heures après avoir mangé des fruits de mer crus dans un sushi-shop local.

12 heures après avoir mangé des fruits de mer

Il a d'abord ressenti de terribles douleurs et a observé l'apparition d'énormes bulles hémorragiques mesurant 3,5 cm sur 4,5 cm sur la paume de sa main gauche. Un œdème rouge-violacé, avec des bulles confluentes et des ecchymoses, s'est aussi étendu sur le dos de la main et de l'avant-bras. Ce cas est rapporté dans le New England Journal of Medicine (voir les illustrations ci-dessous).

@The New England Journal of Medicine (NEJM)

Ulcères nécrotiques profonds

Diagnostiquant rapidement une infection à Vibrio vulnificus grace à un prélèvement de liquide dans la cloque, les médecins décident d’opérer le patient en urgence, afin de "mettre à plat" ces abcès bactériens. A son réveil, il reçoit une puissante association d'antibiotiques à base de ceftazidime et de ciprofloxacine par voie intraveineuse.

Malgré le traitement, les lésions cutanées évoluent progressivement vers des ulcères nécrotiques profonds. Les médecins doivent se résoudre à l'amputer de l'avant-bras gauche 26 jours après son diner.

Une infection chez un diabétique immunodéprimé

Vibrio vulnificus est une espèce de bactéries Gram-négative appartenant au genre Vibrio. Présente dans les environnements marins comme les estuaires ou les eaux côtières, cette bactérie est proche de Vibrio cholerae, l'agent responsable du choléra. Les infections causées par Vibrio vulnificus sont graves en raison de la sécrétion d'une toxine.

Elles peuvent conduire à une gastro-entérite, une infection nécrosante des plaies consécutive à une baignade ou une septicémie invasive, comme l’illustre le cas décrit plus haut. Très souvent, cependant, la contamination se produit chez des personnes immunodéprimées.

Aux Etats-Unis, la bactérie fait partie de la flore et se multiplie naturellement dans les eaux tièdes et salées de la côte du Golfe, en Floride. En 2016, 23 personnes ont été infectées, et 5 en sont mortes. L’année d’avant, l’Etat américain avait été enregistré 45 cas, dont 14 décès.

Diabète de type 2 et insuffisance rénale terminale

Le patient sud-coréen était atteint de diabète de type 2 à un stade avancé et d'une insuffisance rénale terminale. "Les patients qui souffrent de certains troubles immunitaires, de maladies hépatiques chroniques ou du cancer, présentent un risque accru de complications en cas de contamination aux Vibrio vulnificus", alertent les experts dans The New England Journal Of Medecine.

L'insuffisance rénale et le diabète favorisent la baisse des défenses immunitaires et le diabète à un stade avancé s'accompagnent de lésions des artères (artériopathie) et des nerfs (neuropathie diabétique) qui rendent la cicatrisation d'une simple plaie parfois très difficile aux extrémités (pied diabétique): les tissus des mains et des pieds, mal vascularisé et mal innervés, se défendent et de régénèrent très mal.

Le malade a bien supporté l’opération et a pu quitter l’hôpital. Cette histoire souligne la gravité du diabète lorsqu'il est mal soigné, mais présenter cette histoire comme un risque que chaque mangeur de sushi devrait envisagé est très exagéré.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité