Publicité

QUESTION D'ACTU

Bon à savoir

Transpiration : d’où viennent les mauvaises odeurs ?

Transpirer est naturel, cela permet de réguler la température corporelle. Mais lorsqu’elle est malodorante, la transpiration peut devenir un vrai handicap. A quoi est due cette mauvaise odeur ? 

Transpiration : d’où viennent les mauvaises odeurs ? diego_cervo/iStock

  • Publié 06.08.2018 à 09h32
  • |
  • |
  • |
  • |


L’alerte canicule, déclenchée par Météo France, touche 67 départements. Subir ces fortes chaleurs épuise l’organisme et le fait suer. Difficile parfois de supporter l’odeur de ses voisins dans les transports en commun, de ses collègues de bureau ou même de ses proches. La transpiration est vitale pour l’organisme mais qu’est-ce qui la rend malodorante ? 

Le rôle des bactéries 

Ce sont les glandes sudoripares qui permettent la transpiration. Lorsque la température sanguine est trop élevée, le cerveau envoie un signal nerveux à ces glandes, qui produisent de la sueur pour faire redescendre la température du corps. Le corps en compte plusieurs millions, qui se divisent en deux types : d’abord les glandes sudoripares eccrines qui se trouvent sur la paume des mains, la plante des pieds et le front. Ce sont elles qui agissent principalement dans la régulation de la température du corps.

Puis, il y a les glandes sudoripares apocrines. Ces dernières sont liées aux émotions, se situent surtout près des aisselles, des mamelons, et vers les parties génitales. Elles sont actives seulement à partir de la puberté et sont responsables des mauvaises odeurs de transpiration. Au départ, la sueur n’est qu’un mélange d’eau et de sel inodorant, ce n’est pas elle qui sent mauvais, mais les bactéries qu’elle attire, or les zones concernées par les glandes apories sont un terrain de développement propice pour ces dernières (parties intimes, aisselles, etc) car elles sont moins aérées. Les bactéries se nourrissent des protéines contenues dans la sueur puis libèrent des composants malodorants. 

Le rôle de l’alimentation

Selon ce que l’on mange, la quantité et l’odeur de la transpiration peuvent varier. Une alimentation riche en protéines (viande rouge, oeuf, etc) peut rendre la sueur plus malodorante. Quant à l’ail et l’oignon, ils ne sont bons ni pour l’haleine ni pour l’odeur de la transpiration. Consommer certaines épices ou certains fromages peut aussi la faire empirer. Un changement d'odeur corporelle peut aussi être le signe de problèmes de santé, c'est par exemple le symptôme de certaines maladies du foie. 

Quand la transpiration devient un handicap 

2% de la population est atteinte d’hyperhidrose, un excès de transpiration. Ce trouble peut être lié à une maladie, à la ménopause, à un déséquilibre hormonal, à l’hyperthyroïdie, etc. Des traitements existent pour soigner la sudation excessive.
Pour éviter les mauvaises odeurs désagréables, la première chose à faire est d’avoir une hygiène irréprochable pour que les bactéries ne s’accumulent pas.

Il faut aussi faire attention aux vêtements que l’on porte et privilégier les matières naturelles (lin, coton, etc) qui permettent une meilleure aération. En moyenne et par temps normal, une personne perd 0,7 litre de transpiration chaque jour, s’il fait chaud, cela peut atteindre 4 litres.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité