Publicité

QUESTION D'ACTU

Etude sur 20 ans

Alcool et tabac : une réduction moyenne de leur consommation diminuerait considérablement la mortalité par cancer

Une nouvelle étude sur 20 ans démontre pour la première fois l’efficacité d’une réduction moyenne de la consommation d'alcool et de tabac sur le taux de mortalité par cancer. Une pierre dans le jardin du gouvernement.

Alcool et tabac : une réduction moyenne de leur consommation diminuerait considérablement la mortalité par cancer Wavebreakmedia/istock

  • Publié 16.07.2018 à 11h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Des chercheurs du Centre for Alcohol Policy Research (CAPR), en Australie, ont montré qu’une réduction de la consommation de tabac et d'alcool permettrait de diminuer considérablement les décès par cancer à l’échelle d’un pays.

L’étude, publiée dans le Journal de l'American Medical Association, prolonge une étude publiée l'an dernier par le Dr Jiang et ses collègues qui avaient constaté que la réduction de la consommation d'alcool réduirait les taux de cancer du foie, de cancer du pancréas et de cancers ORL.

Une relation linéaire

Les chercheurs ont utilisé des données de santé et de consommation de ces produits remontant jusqu’aux années 1930 pour établir le lien entre les taux de tabagisme et de consommation d'alcool et la mortalité par cancer à l’échelle de la population.

Et il apparaît que fumer 500 grammes de tabac en moins par habitant et par an réduirait de 8% le nombre total de décès par cancer sur 20 ans. De même, boire trois litres d'alcool en moins par habitant et par an réduirait de 12% le nombre total de décès par cancer sur 20 ans. C’est 24 paquets de cigarettes et 40 bouteilles de vin par an.

Une preuve de l’impact sanitaire

Le Dr Jason Jiang, auteur principal de l’étude, a déclaré qu'il était important de comprendre l'impact considérable de cette étude sur la santé publique.
"Nous savions qu'il existait un lien étroit entre la consommation d'alcool et de tabac et le risque de cancer, mais peu d'études avaient examiné l'impact à l’échelle d’un pays", a déclaré le Dr Jiang. "Nous avons maintenant la preuve des avantages à long terme pour la santé d'adopter une approche collective pour réduire le tabagisme et la consommation d'alcool".

Les politiques doivent passer à l’action

Contrairement à ce qui se passe en France, où des discussions sans fin au plus haut niveau de l’Etat sur la toxicité de l’alcool contenu dans le vin désespèrent les spécialistes, les décideurs politiques doivent désormais cesser de ménager les lobby des alcooliers.

Il est temps de passer les messages indispensables de santé publique sur le risque de cancer associé à une consommation de tabac et d'alcool : en réduisant la consommation d’alcool et de tabac, ce serait près d’un cancer sur 5 qui pourrait être évité !

Un manque de volonté sur le vin

Les preuves que l’alcool et le tabac augmentent le risque de décès avec 8 types de cancers sont désormais largement établies. L’alcool du vin n’est pas moins toxique que l’alcool de la bière ou du cognac. Même si nombre d’études suscitées par le lobby du vin disent le contraire.

Les politiques doivent travailler avec les acteurs de santé publique pour minimiser les effets néfastes sur la santé de ces comportements qui sont donc réellement à risque.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité