Publicité

QUESTION D'ACTU

Mifépristone et misoprostol

Fausse couche : une nouvelle association de molécules évite l'intervention chirurgicale

Pour éviter d'avoir recours à l’aspiration intra-utérine lors d'une fausse couche précoce, des chercheurs ont testé avec succès l'association de deux molécules (mifépristone et misoprostol). 

Fausse couche : une nouvelle association de molécules évite l'intervention chirurgicale Stas_Uvarov / stock

  • Publié 09.06.2018 à 09h30
  • |
  • |
  • |
  • |


Dans la prise en charge des fausses couches spontanées, l’association de deux molécules (mifépristone et misoprostol) permet d’éviter l’aspiration intra-utérine, à savoir la procédure chirurgicale.

Une cohorte de 300 femmes

La prise en charge médicale d’une fausse couche précoce est une alternative connue à l'aspiration utérine. Néanmoins, la médication standard, effectuée avec le misoprostol, entraîne généralement l'échec du traitement. Pour résoudre ce problème, des chercheurs ont "comparé l'efficacité du prétraitement avec la mifépristone suivi d'un traitement au misoprostol avec l'efficacité du misoprostol seul". Leur essai est publié dans The New England Journal of Medecine.

Les scientifiques ont étudié une cohorte de 300 femmes qui avaient une gestation anembryonnaire ou chez qui la mort embryonnaire ou fœtale avait été confirmée. Certaines se sont vues administrer 200 mg de mifépristone, ingéré par voie orale, suivi de 800 mg de misoprostol, assimilé par voie vaginale, tandis que d’autres ont seulement pris 800 mg de misoprostol.

Aspiration utérine

Les participantes sont revenues un à quatre jours après l'utilisation du misoprostol pour évaluation.

L'expulsion complète après l'administration d'une dose de misoprostol s'est produite chez 124 des 148 femmes du groupe de prétraitement par mifépristone et chez 100 des 149 femmes du groupe misoprostol seul. L'aspiration utérine a été effectuée moins fréquemment dans le groupe prétraitement par mifépristone que dans le groupe misoprostol seul (8,8% vs 23,5%).

Des saignements ayant entraîné une transfusion sanguine se sont produits chez 2% des femmes du groupe de prétraitement par mifépristone et chez 0,7% des femmes du groupe misoprostol seul. L'infection pelvienne a été diagnostiquée chez 1,3% des femmes de chaque groupe.

La complication la plus fréquente de la grossesse

"Le prétraitement avec la mifépristone suivi d'un traitement avec le misoprostol a eu pour résultat une meilleur prise en charge des fausses couches au premier trimestre que le traitement avec le misoprostol seul", concluent les scientifiques.

La fausse couche ou l’avortement spontané représente la complication la plus fréquente de la grossesse. Elle se produit avant 24 semaines de gestation dans environ 20% des grossesses et dans 12 à 15 % de l’ensemble des grossesses. Toutefois, de nombreux cas de fausse couche ne sont pas signalés, en particulier ceux liés à une perte prématurée du fœtus. Au final, l'incidence pourrait être bien plus élevée.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité