Publicité

QUESTION D'ACTU

Santé intestinale

Un microbiome intestinal sain est meilleur pour les artères

La composition du microbiome intestinal est liée à la santé des artères. Une trop faible diversité de bactéries augmente le risque de rigidité artérielle d’après une nouvelle étude. 

Un microbiome intestinal sain est meilleur pour les artères ChrisChrisW/iStock

  • Publié 12.05.2018 à 09h30
  • |
  • |
  • |
  • |


Prendre soin de ses intestins, c’est prendre soin de soi ! A l’intérieur de celui-ci, il y a ce qu’on appelle le microbiome, composé de milliards de bactéries. Mais cette composition varie selon les humains, ainsi nous n’avons pas tous les mêmes espèces de bactéries dans l’intestin. Elles vont, dans tous les cas, aider l’organisme à lutter contre les infections et les maladies.

Pour certains chercheurs, le microbiome fonctionnerait en fait comme un organe à part entière. Une nouvelle étude publiée dans le European Heart Journal démontre un lien entre une mauvaise santé du microbiome et le risque de rigidité artérielle.

Une corrélation inversée entre santé des intestins et rigidité artérielle

L’étude a été menée par des chercheurs de l’université de Nottingham et du King’s College de Londres. Ils se sont appuyés sur les données de 617 jumelles, pour lesquelles ils ont mesuré la rigidité artérielle mais aussi la composition du microbiome intestinal.

Pour les femmes qui ont une plus faible diversité de bactéries saines dans l’intestin, les cas de rigidité artérielle étaient plus nombreux. Cette rigidité peut augmenter le risque de maladie cardiovasculaire, mais elle peut aussi être le premier stade d’une athérosclérose. Cette dernière est liée à l’apparition de plaques d’athérome dans la paroi des artères, qui à terme peuvent provoquer une obstruction de l’artère. 

Des bactéries spécifiquement concernées 

Aussi, ils ont constaté que certaines bactéries étaient directement liées à un risque réduit de rigidité artérielle, notamment celles de la famille des Ruminococcaceae. Ces bactéries sont déjà connues, leur présence serait en effet associée à un risque réduit d’obésité. Des chercheurs de l’université de Chicago ont identifié chez des souris un lien entre la présence de Bifidobacteriacaea et Bacteriodacaea et la minceur. 

Ces résultats pourraient permettre selon les chercheurs d’expliquer les cas de maladie cardiovasculaire incompris jusqu’alors. Ceux qui ne sont pas concernés par les facteurs de risque habituels pourraient en fait être liés à la santé intestinale des patients. 

Pour diminuer ces risques, il faudrait avant tout prendre de bonnes habitudes alimentaires, grâce à la consommation de fibres notamment, bonnes pour le microbiome. Car selon une étude, si la composition du microbiome est lié à la génétique, sa santé est en très grande partie liée à ce que nous ingérons. 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité