Publicité

QUESTION D'ACTU

Epidémie

Rougeole : 2000 cas déclarés depuis le 1er janvier 2018, 88% étaient mal ou pas vaccinés

Près de 2000 cas de rougeole ont été signalés depuis le 1er janvier 2018 en France métropolitaine, selon le dernier bilan épidémiologique de Santé publique France. La moitié d'entre eux est concentrée en Nouvelle-Aquitaine, seule région épidémique.

Rougeole : 2000 cas déclarés depuis le 1er janvier 2018, 88% étaient mal ou pas vaccinés Jovanmandic / iStock

  • Publié 03.05.2018 à 11h05
  • |
  • Mise à jour le 04.05.2018 à 11h05
  • |
  • |
  • |


L'épidémie de rougeole progresse et le bilan s'alourdit : près de 2000 cas ont été signalés depuis le 1er janvier 2018 en France métropolitaine. La moitié d'entre eux (49%) est concentrée en Nouvelle-Aquitaine, seule région épidémique. Selon le bilan épidémiologique de Santé publique France du 2 mai : au 29 avril 2018, 2071 cas ont été déclarés depuis le 6 novembre 2017 (+124 cas depuis le dernier bulletin hebdomadaire) et plus de 1 999 cas (97 %) l'ont été depuis le 1er janvier 2018.

80 départements ont déclaré au moins 1 cas, nombre en hausse depuis le dernier bulletin, note Santé publique France. On observe l'incidence la plus élevée chez les moins de 1 an : 20,5 cas/100.000 habitants. Au total, 21 % des cas déclarés ont été hospitalisés et 88 % des cas de rougeole sont survenus chez des personnes non ou mal vaccinés.

Traditionnellement, le schéma vaccinal consiste en l’injection d’une dose de vaccin ROR (Rougeole, Oreillons, Rubéole) à 12 mois puis une deuxième injection entre 16 et 18 mois. Pour les personnes n’ayant jamais été vaccinées contre la rougeole, un rattrapage est possible. Il consiste en l’injection de deux doses de vaccin à au moins un mois d’intervalle. En cas d’épidémie, il est possible de recevoir le vaccin jusqu’à 72 heures après avoir été en contact avec une personne souffrant de la rougeole pour éviter la survenue de la maladie (vaccination de rattrapage).

Santé publique France rappelle "la nécessité d’une couverture vaccinale très élevée dans la population (au moins 95% avec deux doses de vaccin chez les enfants et les jeunes adultes). Une telle protection collective permettrait d’éliminer la maladie et ses complications et ainsi protéger également les personnes les plus fragiles ne pouvant être elles-mêmes vaccinées (nourrissons de moins d’un an, femmes enceintes, personnes immunodéprimées)". Depuis le 1er janvier 2018, la vaccination contre la rougeole fait partie des 11 vaccins obligatoires chez le nourrisson.

La rougeole n'est pas une maladie de l'enfance bénigne

La rougeole est une maladie infectieuse due à un virus très contagieux qui touchait auparavant surtout les jeunes enfants à partir de 5–6 mois. Ce n’est plus le cas : un tiers des cas déclarés concerne des personnes de plus de 15 ans. Une personne malade peut en contaminer jusqu'à 20. La rougeole est 10 fois plus contagieuse que la grippe. Elle se transmet très facilement d’une personne à l’autre par l'air, lors de toux, éternuements, ou par contact avec des objets contaminés (jouets, mouchoirs…). 

Souvent considérée à tort comme bénigne, "la rougeole n’est pas qu’une maladie de l’enfance, elle concerne aussi les adolescents et les jeunes adultes et peut entraîner de graves complications (pneumonies, encéphalites...) et parfois des hospitalisations", voire la mort, expliquait récemment l'Agence Régionale de Santé d'Occitanie

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité