Publicité

QUESTION D'ACTU

Dépistage préventif

Cancer du sein et du côlon : en France, un diagnostic précoce est réalisé dans 40 à 60% des cas

Un rapport publié ce mercredi, notamment par Santé publique France et l'Institut national du cancer (Inca) révèle que 60% des cancers du sein, 44% des cancers du côlon et 47% des cancers du rectum sont diagnostiqués à un stade précoce en France.

Cancer du sein et du côlon : en France, un diagnostic précoce est réalisé dans 40 à 60% des cas vadimguzhva/iStock

  • Publié 25.04.2018 à 17h40
  • |
  • |
  • |
  • |


60% des cancers du sein, 44% des cancers du côlon et 47% des cancers du rectum sont diagnostiqués à un stade précoce en France, notamment chez les personnes de moins de 75 ans. Santé publique France, le Réseau français des registres des cancers (réseau Francim), le Service de biostatistique des Hospices civils de Lyon (HCL) et l'Institut national du cancer (Inca) publient ce mercredi une estimation du taux de cancers diagnostiqués précocement en France entre 2009 et 2012 chez les plus de 15 ans. Quatorze registres ont été impliqués dans l’étude sur les cancers du sein et quinze dans l’étude sur les cancers colorectaux.

60% des cancers du sein ont un diagnostic précoce

Le cancer du sein - qui compte 59 000 nouveaux cas et 12 000 décès par an - est détecté à un stade précoce 6 fois sur 10, particulièrement pour chez les femmes âgées de 50 à 74 ans, situant ainsi la France dans la moyenne européenne.  Cependant, notent les spécialistes, 29 % des patientes étaient diagnostiquées "à un stade avec extension régionale" et 12% l'étaient à un stade "avancé", notamment chez les patientes de plus de 74 ans. Or lorsqu'il est diagnostiqué assez tôt, le cancer du sein peut être guérit dans 9 cas sur 10. 

Les femmes de 50 à 74 ans, cibles du programme national de dépistage organisé présentent le plus fort taux de cancers localisés (65 % contre 59 % des moins de 50 ans et 42 % des plus de 74 ans). "Cependant les modalités de diagnostic des cancers étudiés ne sont pas connues : il peut s’agir de femmes ayant répondu aux campagnes de dépistage organisé, de femmes ayant eu une démarche de détection individuelle (dépistage individuel) ou encore ayant été diagnostiquées suite à un signe clinique", précisent les spécialistes dans leur rapport.

Si les femmes de plus de 74 ans représentent presque autant de patientes (20 %) que les moins de 50 ans, elles sont caractérisées par une proportion bien plus élevée de cancers diagnostiqués à un stade avancé (34 % contre 5 %).

44% des cancers du côlon sont diagnostiqués rapidement

De même, le dépistage du cancer du côlon est insuffisamment utilisé chez les 50-74 ans (33,5%). Selon Philippe-Jean Bousquet de l'Institut national du cancer, "il y a la peur du cancer qui est importante. Il y a le fait que vous êtes entre guillemets en bonne santé quand vous vous faites dépistés, parce que vous n'avez pas de signes de votre maladie. Et enfin, il y a la réalisation du test qui peut pour certaines personnes être un frein."

Pourtant, le cancer du côlon est à l'origine de 18 000 décès par an, notamment chez les personnes de plus de 50 ans. Grâce au dépistage, le cancer peut être détecté et traité au stade précoce de la maladie avec un taux de guérison de 9 cancers sur 10. Selon les experts, 44% sont diagnostiqués à un stade précoce et un tiers à un stade avancé. Plus précisément, les diagnostics précoces étaient plus fréquents entre 2009 et 2012 chez les 40-74 ans (48 %), alors que les stades avancés étaient davantage recensés chez les moins de 40 ans (38 %) et les plus de 74 ans (37 %). 

Le cancer du côlon est rare avant l’âge de 50 ans : 46 % des patients avaient entre 50 et 74 ans au moment du diagnostic et la moitié plus de 74 ans. La proportion de formes précoces (local limité ou local étendu) était plus importante (49 %) chez les patients âgés de 50 à 74 ans, contre 38 % pour les patients très jeunes (moins de 40 ans) et 41 % des patients âgés de plus de 74 ans.

À l’inverse, le cancer était diagnostiqué à un stade avancé dans 38 % des cas chez les patients les plus jeunes et 37 % chez les plus âgés alors que ce n’était le cas que pour 28 % des patients âgés de 40 à 74 ans. "Cette plus grande fréquence des cas graves aux âges extrêmes était retrouvée dans les deux sexes".

47% des cas de cancer du rectum sont diagnostiqués précocement

De même, 47 % des cas de cancer du rectum sont diagnostiqués à un stade précoce et 34 % à un stade avancé, notamment chez les plus de 74 ans. A l'inverse, plus d'un cancer sur deux est découvert précocement chez les 15-39 ans (57 %) et chez les 50-74 ans (51 %). 

Au total, 51 % des patients âgés de 50 à 74 ans, population cible du dépistage organisé, avaient un cancer du rectum de stade précoce, contre 40 % des patients âgés de plus de 74 ans. Le cancer était à un stade avancé chez 42 % des patients les plus âgés contre 28 % des patients âgés de 50 à 74 ans.

RETROUVEZ NOTRE EMISSION : Cancer du sein : donner de la qualité à la vie

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité