Publicité

QUESTION D'ACTU

Polémique

Linky : les électrosensibles en croisade contre les compteurs connectés

La polémique autour des compteurs Linky se poursuit. Alors que l’Agence nationale des fréquences a assuré qu’ils étaient sans danger pour la santé, les témoignages de personnes souffrant d’hyper-électrosensibilité se multiplient sur les réseaux sociaux. Le débat s’est même invité au Sénat.

Linky : les électrosensibles en croisade contre les compteurs connectés Capture Youtube/Enedis

  • Publié 23.03.2018 à 11h24
  • |
  • |
  • |
  • |


D’ici à 2024, les compteurs Linky seront présents dans tous les foyers de France. Pourtant, ces petits boîtiers jaunes connectés, installés par la société Enedis et censés remplacés nos anciens compteurs électriques, sont loin de faire l’unanimité.

Nausées, vomissements, vertiges, migraines, insomnies… Depuis leur déploiement dans plusieurs communes, les compteurs Linky sont accusés de provoquer des symptômes extrêmement gênants chez les personnes électro-sensibles. Selon ces dernières et plusieurs associations, les compteurs Linky, qui fonctionnent grâce à la technologie des courants porteurs en ligne (CPL), émettent des ondes électromagnétiques potentiellement dangereuses pour la santé.

S’appuyant sur la classification de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), qui considèrent ces ondes comme cancérogènes possibles, diverses associations réclament aujourd’hui la désactivation des compteurs.

Un calvaire pour les personnes électrosensibles

20Minutes rapporte ainsi le témoignage d’un couple de Rennes obligé de quitter son domicile après la mise en service de son compteur Linky. « On a d’abord eu l’impression d’avoir des sifflements dans la tête, comme des acouphènes. Au départ, on ne s’est pas vraiment inquiétés. Mais ça s’est aggravé. On a commencé à avoir des maux de tête, des vertiges, des insomnies », témoigne Patrick, 53 ans. Avec son épouse Claude, ils racontent la gêne qui s’est accentuée au fil des jours. Arrêtés par leur médecin, ils ont fini par s’installer provisoirement à la campagne pour se couper des ondes électromagnétiques. « Les symptômes ont disparu progressivement. On avait l’impression de revivre. Mais dès que l’on revient ici, on voit que ça réapparaît. »

Ils ne sont pas les seuls à accuser leur compteur Linky de l’apparition de leurs maux. Les témoignages à charge contre lui se multiplient, au point que plusieurs maires militent aujourd’hui pour que leurs administrés puissent choisir ou non d’accepter l’installation du compteur à leur domicile. « Je souhaite (...) que vous validiez le principe de ne pas changer le compteur chez les personnes qui refusent cette installation en ayant dit de façon claire, par courrier ou de vive voix, leur opposition à votre intervention », a ainsi écrit en juillet dernier le maire de Bayonne Jean-René Etchegaray dans un courrier adressé à Enedis.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Un point de vue partagé par la sénatrice LR de Gironde Florence Lassarade. S’appuyant sur l’examen du projet de loi sur le RGPD (Règlement général sur la protection des données), elle a proposé deux amendements concernant les compteurs connectés. « Sachant qu’il persiste des doutes sur l’utilisation des données personnelles des utilisateurs par ces compteurs intelligents, j’ai proposé qu’Enedis ne puisse pas installer le Linky quand les consommateurs s’y opposent », explique la sénatrice dans un entretien accordé à Capital. Les amendements ont cependant été rejetés par le Sénat mercredi 21 mars.

Les compteurs Linky, sans danger pour la santé ?

En septembre 2016, trois rapports de l’Agence nationale des fréquences (ANFR) avaient conclu que la présence du compteur Linky dans les logements ne présentait pas de risque pour la santé, les champs électromagnétiques émis étant largement inférieurs aux valeurs réglementaires. Un constat aussi émis par l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) en décembre 2016.

« Il n’existe aucune donnée suggérant que les courants transitoires à haute fréquence puissent affecter la santé aux niveaux d’exposition mesurés », concluait l’Agence. Celle-ci demandait toutefois aux opérateurs de jouer la carte de la transparence et de mettre à disposition des usagers une information claire et compréhensible sur la manière dont les compteurs fonctionnent.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité