Publicité

QUESTION D'ACTU

IPP

Brûlures à l'estomac : les inhibiteurs de la pompe à protons, rendraient dépressif

La prise chronique d'un anti-acide puissant, un inhibiteur de la pompe à protons (IPP), pourraient rendre les patients dépressifs, selon une récente étude. Ces anti-acides, de la classe de l'oméprazole, sont le principal traitement contre l’acidité gastrique. Certaines personnes les avalent comme des bonbons.

Brûlures à l'estomac : les inhibiteurs de la pompe à protons, rendraient dépressif Istock/Marjot

  • Publié 10.03.2018 à 12h17
  • |
  • Mise à jour le 11.03.2018 à 11h04
  • |
  • |
  • |


La dépression d’un patient souffrant de brûlures gastriques pourrait-elle venir de son traitement ? L’étude, récemment publiée dans la revue Psychotherapy and Psychosomatics, met en cause les inhibiteurs de la pompe à protons (IPP).

Ces médicaments anti-acides puissants sont généralement prescrits pour traiter et prévenir l’acidité gastrique et ses conséquences. Ils agissent en réduisant la production naturelle d’acide chlorhydrique dans l’estomac. Les chercheurs affirment que les patients prenant des IPP auraient plus de risques de développer un trouble dépressif majeur.

Importance de la dose

Pour s’assurer que le lien entre les IPP et dépression existait, les chercheurs ont analysé les données prospectives de 2 366 personnes. Celles-ci ont suivi un traitement à base d'IPP et ont ensuite été atteintes de dépression. Les chercheurs les ont comparés à plus de 9 000 patients prenant les mêmes médicaments, mais n’ayant pas eu cet effet secondaire dépressif.

Le résultat est probant : la différence entre ces deux groupes est la dose quotidienne d’IPP. Les dépressifs en prenaient plus.

La dépression vient des bactéries de l'intestin

Comment des médicaments pour l’estomac peuvent avoir une telle conséquence sur la santé mentale des patients ? Les chercheurs avancent quelques explications. En baissant l'acidité de l'estomac, qui est une barrière naturelle contre les infection d'origine alimentaire, les IPP perturbent l'équilibre de la flore bactérienne de l’intestin, ce que l'on appelle le microbiote intestinal.

Cette modification du microbiote intestinal peut provoquer deux phénomènes : la perturbation des communications entre l’intestin et le cerveau et/ou le fait que l’organisme n’absorbe plus correctement les nutriments. 

Les liens entre intestin et cerveau

De nombreuses études pointent l’importance des bactéries intestinales dans le bien-être mental. Celles-ci sécrêtent de très nombreuses molécules qui passent dans la circulation sanguine et peuvent aller dans tous les organes y compris le cerveau. Ainsi, une perturbation de la flore intestinale à cause des IPP pourrait être à l'origine de la dépression.

Si les médecins prescrivent des IPP, surtout à forte dose, ils doivent garder à l’esprit les effets indésirables qu’ils engendrent sur leurs patients. De la même façon, les malades qui souffrent d'une œsophagite ou d'un reflux gastro-œsophagiens doivent être bien conscients que les fortes doses d'IPP ne sont vraisemblablement pas innocentes. Le traitement à la demande ne doit donc pas dire à forte dose et tous les jours.

Des effets indésirables des IPP, qui s’allongent au fil des études : pneumonies, fractures osseuses, infections gastro-intestinales, développements d’allergies… Et maintenant dépression. En France, une personne sur cinq a souffert ou souffrira de cette maladie mentale

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité