Publicité

QUESTION D'ACTU

Drame

La famille de Lissana, la fillette décédée à 3 ans de la grippe, veut la vérité

La famille de la petite Lissana, la fillette de 3 ans décédée brutalement de la grippe le 30 janvier à Aix-les-Bains, est en colère. Les parents vont porter plainte contre le Samu, seul moyen pour eux de "comprendre ce qui s'est passé", selon France Bleu. La petite fille souffrait de la grippe depuis 2 jours et, en dépit de l'aggravation notable de son état, n'avait pas été prise en charge par le SAMU. Elle est décédée une heure après que la famille l'ai amenée aux urgences.

La famille de Lissana, la fillette décédée à 3 ans de la grippe, veut la vérité vilevi/Epictura

  • Publié 05.02.2018 à 18h00
  • |
  • Mise à jour le 06.02.2018 à 22h50
  • |
  • |
  • |


Selon France Bleu, les parents de la petite Lissana, 3 ans, décédée dans la nuit du 29 au 30 janvier à l’hôpital d’Aix-les-Bains, vont porter plainte. Elle y avait été amenée par sa mère et ses grands-parents, en raison d'une aggravation de son état avec une grande détresse respiratoire et des troubles de la conscience. Les grands-parents ont confié que la famille allait porter plainte car c'est pour eux le seul moyen de "comprendre ce qui s'est passé". 

La famille avait affirmée au lendemain du drame, avoir appelé le Samu dans la nuit en voyant l'état de la petite fille se dégrader. Mais les secours auraient refusé de se déplacer, obligeant la mère à emmener elle-même la fillette à l'hôpital, bien tardivement. 

Une fièvre persistante et une détresse respiratoire

La fillette avait 3 ans et avait de la fièvre à 40°C, ou plus, depuis le dimanche 28 janvier, date à laquelle le diagnostic de grippe avait été posé par un médecin. La persistance de la fièvre à plus de 40° C pendant 2 jours et l'apparition progressive d'une gène respiratoire croissante, très inhabituelle dans la grippe hivernale, auraient du alerter les médecins du Samu, en particulier avec la notion d'antécédents de bronchiolite chez la fillette.

Dans la nuit du 29 au 30 janvier, l'état de la fillette s'est donc aggravé avec une respiration haletante et un état semi-comateux, d'après les grands-parents. Tous les signes de gravité d'une grippe inhabituelle étaient présents pour déclencher une intervention du Samu et une hospitalisation immédiate en réanimation pédiatrique.

Cela n'a pas été fait. Lissana n'aurait peut-être pas survécu mais il y a eu un notable dysfonctionnement de la chaine d'urgence. Le SAMU et l'hôpital ne souhaitent pas communiquer publiquement et l'enquête déterminera les responsabilités exactes du Samu.

Un virus particulièrement toxique pour les enfants

Cette année, le virus de la grippe qui circule de façon prédominante est un virus A(H1N1) qui est assez nouveau. Les jeunes organismes des enfants n’y ont donc jamais été confrontés et la grippe est plus sévère chez jeunes que chez les adultes. Comme le souligne l'Agence Santé publique France, les jeunes sont les plus touchés cette année alors que, l'année dernière, 91% des 14 000 victimes avaient plus de 75 ans.

La ministre de la santé Agnès Buzin a confirmé que l’épidémie de grippe touchait d'avantage les enfants et les jeunes. Selon elle, la souche du virus serait peu connue par leur système immunitaire cette année, ce qui expliquerait qu’ils soient davantage contaminés que les années précédentes.

La grippe une maladie qui reste mortelle

Chaque année la grippe tue entre 3000 et 10 000 personnes, mais en majorité des personnes fragilisées ou malades. Pourtant, tous les ans, des enfants meurent aussi. Les causes peuvent être multiples : enfant malade et fragilisé, virus particulièrement toxique, comme cette année, réaction excessive de l’organisme au virus…. Pas forcément besoin de grippe pandémique pour voir des enfants et des jeunes mourir de la grippe.

En dehors des très rares cas de grippe toxique avec un virus qui attaque directement les voies respiratoires, une infection par un virus banal de la grippe provoque la mise en branle dans le corps de son système de défense : le système immunitaire. Dans certains cas, et pour une raison inconnue, le système immunitaire sur-réagit et dépasse la simple attaque des virus.

Le syndrome de détresse respiratoire aigu

Dans ces cas de sur-réaction du système immunitaire, en détruisant les virus, le système immunitaire va plus loin et détruit également les cellules infectées, celles des poumons dans le cas de la grippe (ou d’un autre virus respiratoire) et on aboutit à un "syndrome de détresse respiratoire aigu".

Le SDRA se traduit par des poumons noyés de sérosités et incapables d’assurer leur fonction d’oxygénation du sang. En l’absence d’appareils de réanimation spécifiques permettant d’oxygéner le sang à la place des poumons, le malade infecté meurt d’asphyxie. Lissana était en bonne santé en dehors d'antécédents de bronchiolite. C'est peut-être ce qui s'est passé ici et la notion d'une fièvre qui reste élevée 48 heures à plus de 40° C avec une dégradation de l'état de conscience est en faveur de cette hypothèse. Un phénomène pas si rare car un deuxième enfant est mort récemment de la grippe en France.

Chaque année, les virus qui atteignent la France sont, soit les mêmes que l’année précédente, soit porteurs d’une certaine mutation. Ce qui explique que la composition du vaccin change un peu, mais aussi que chaque année, la protection est de plus en plus efficace pour ceux qui se vaccinent tous les ans. C’est peut-être un des effets de la vaccination généralisée et gratuite chez les seniors, qui explique que la grippe sévère touche des adultes de plus en plus jeunes.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Publicité

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité