Publicité

QUESTION D'ACTU

Territoire inconnu

Greffe de la face : le troisième visage de l'homme greffé et le risque d'ébranlement identitaire

Un homme de 42 ans a subi une deuxième greffe de visage mi-janvier à l’hôpital Georges Pompidou, après un rejet d'une première greffe complète du visage. Une première mondiale réalisée par l'équipe du Pr Lantieri. C'est le troisième visage pour cet homme, un évènement dans l'histoire de l'humanité

Greffe de la face : le troisième visage de l'homme greffé et le risque d'ébranlement identitaire satyrenko/EPICTURA

  • Publié 20.01.2018 à 10h35
  • |
  • Mise à jour le 21.01.2018 à 13h46
  • |
  • |
  • |


C’est dans l’un des blocs de l’hôpital Georges Pompidou, à Paris, que cette opération inédite s’est déroulée le 15 janvier dernier.
"La greffe est intervenue sur un patient qui avait déjà bénéficié d'une greffe de face" il y a 7 ans et qui "présentait un rejet chronique", précise le communiqué de l'Agence de la biomédecine et de l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP). Placé sur liste d’attente le 27 octobre dernier après le rejet du premier visage greffé, les chirurgiens avaient finalement dû lui retirer son 2ème visage devant la "gravité du rejet". Jérôme, 42 ans, qui raconte son histoire dans le livre "T’as vu le monsieur ?" était depuis, hospitalisé en réanimation.
"Nous savions que nous pouvions être confrontés à ce genre de problème, a expliqué sur RTL le professeur Laurent Lantieri, chirurgien plasticien qui a dirigé l’intervention. Ce patient a eu une greffe qui a pratiquement bien tenu pendant près de 7 ans et depuis un an, la situation s'était dégradée à tel point qu'il avait été nécessaire d'enlever le greffon et donc d'enlever sa face et de retrouver une nouvelle face".
Réalisée le 15 janvier, il faut encore attendre pour savoir si c'est un succès, mais c'est en tout cas possible chirurgicalement.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

"Oui, on peut regreffer"

Si la première greffe partielle du visage s’est déroulée en 2005 sur une femme de 38 ans défigurée par son chien, la transplantation du visage entier de Jérôme était à l’époque une première mondiale. Cette deuxième intervention est tout aussi inédite : c'est son 3ème visage !
Selon l'Agence de la biomédecine et l’AP-HP, elle "démontre dans le domaine des greffes vascularisées composites (face et main) qu'en cas de rejet chronique, une retransplantation est possible". "Bien sûr que cela suscite beaucoup d’espoir et que cela ouvre d’importantes perspectives. Avant, nous ne savions pas. Aujourd’hui, on peut dire : oui, on peut regreffer.
C’est techniquement possible", précise le professeur Lantieri. Une opération particulièrement délicate cependant : rentré au bloc opératoire lundi 15 en début d'après-midi, l'intervention ne s'est terminée que le mardi 16 janvier en début de matinée.

Une opération hors-normes

Depuis 2005, près d’une quarantaine de greffes du visage, dont certaines complètes, ont été réalisées dans le monde. En dehors des lourdes implications psychologiques et éthiques, il s'agit d'une opération techniquement délicate, mais le risque est surtout lié au phénomène de rejet.
Le risque de rejet est très important en raison de la multiplicité des types de tissus humains greffés, en particulier les couches profondes de la peau qui contiennent beaucoup de cellules immunologiques, les lymphocytes, une catégorie de globules blancs qui s'attaquent aux tissus greffés qui sont considérés comme n'appartenant pas au "soi".
Ce risque de rejet majoré impose une protocole thérapeutique anti-rejet très lourd qui abaisse les défenses de l'organisme, expose à des infections et des cancers et doit quand même être pris à vie.

Des conséquences imprévisibles

"Cette greffe est soumise à des contraintes immunologiques sévères et seul le suivi à plusieurs semaines confirmera la viabilité du greffon", précisent l'Agence de la biomédecine et l’AP-HP.
Ce qui n'est pas précisé, ce sont les conséquences psychologique pour cet homme qui est confronté à son troisième visage. Certes, il vaut mieux avoir un visage qui n'est pas le sien que le visage d'un monstre et après une phase d'appropriation du greffon, le greffé avait surmonté l'ébranlement identitaire. Certes, dans le cas présent, après le rejet de son deuxième visage et son retrait chirurgical, l'homme était en coma artificiel, en réanimation et sans visage, dans l'attente du bon greffon.
Mais là, il en est à son troisième visage, le chimérisme est à son paroxysme et la tâche sera rude pour rester lui-même.

 

 

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité