Publicité

QUESTION D'ACTU

Troubles cognitifs

Un nouvel antidiabétique améliore les troubles de la mémoire dans la maladie d’Alzheimer

Un médicament mis au point dans le diabète de type 2 pourrait être utilisé avec profit pour traiter les pertes de la mémoire observées au cours de la maladie d'Alzheimer. Une équipe de chercheurs a découvert qu'il avait « significativement inversé la perte de mémoire » dans un modèle animal Alzheimer de souris.

Un nouvel antidiabétique améliore les troubles de la mémoire dans la maladie d’Alzheimer lisafx/epictura

  • Publié 03.01.2018 à 17h32
  • |
  • |
  • |
  • |


L’étude, publiée dans Brain Research, fait grand bruit car elle pourrait améliorer substantiellement le traitement de la maladie d'Alzheimer. Et ceci grâce à l'utilisation d'un médicament créé à l'origine pour traiter le diabète de type 2.
Selon Doug Brown, directeur de la recherche et du développement de la Société Internationale sur la maladie d’Alzheimer, a déclaré : « Sans aucun nouveau traitement en près de 15 ans, nous devons trouver de nouvelles pistes pour lutter contre la maladie d'Alzheimer. Il est impératif que nous explorions si les médicaments développés pour traiter d'autres maladies ne pourraient pas bénéficier aux personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer et d'autres formes de démence ».
Cette approche de la recherche pourrait rendre également beaucoup plus rapide l'obtention de nouveaux médicaments prometteurs pour les personnes qui en ont besoin.

Un traitement agoniste triple

Bien que les bénéfices du médicament antidiabétique, qui est un agoniste triple, ne soit pour le moment observé que chez la souris, d'autres études sur des médicaments existants comme le liraglutide ont montré par le passé un réel intérêt chez les personnes souffrant de la maladie d'Alzheimer.
Ce médicament agoniste triple agit de multiples façons pour protéger le cerveau de la dégénérescence. Il combine un effet agoniste sur les récepteurs du GLP-1, du GIP et du Glucagon, qui sont tous des facteurs de croissance.
Il a, en effet, été démontré par le passé que la signalisation des facteurs de croissance est altérée dans le cerveau des malades souffrant de la maladie d'Alzheimer.

Un modèle animal de maladie d’Alzheimer

Des souris transgéniques APP/PS1 avec des stades avancés de neurodégénérescence de type Alzheimer ont été soumises au traitement dans cette étude.
Ces souris transgéniques expriment des gènes mutés humains responsables de la maladie d'Alzheimer. Ces gènes sont ceux qui ont été trouvés dans les familles des personnes qui ont une forme héréditaire de maladie d'Alzheimer.
Chez ces souris, les tests du labyrinthe, de l'apprentissage et de la formation de la mémoire ont été largement améliorés par le triple agoniste qui augmente le niveau d'un facteur de croissance cérébrale, ce qui protège le fonctionnement des cellules nerveuses, réduit la quantité de plaques amyloïdes dans le cerveau liée à la maladie d'Alzheimer, réduit à la fois l'inflammation chronique et le stress oxydatif et ralentit la perte de cellules nerveuses

Liens étroits diabète et maladie d’Alzheimer

Le diabète de type 2 est un facteur de risque important de la maladie d'Alzheimer et il a été impliqué dans la progression de la maladie. La diminution de la sécrétion d'insuline a été associée à des processus dégénératifs cérébraux communs dans le diabète de type 2 et la maladie d'Alzheimer.
La résistance à l'insuline a également été observée dans le cerveau de malades souffrant d'Alzheimer. Cette résistance pourrait jouer un rôle dans le développement de troubles neurodégénératifs car l'insuline est un facteur de croissance aux propriétés neuroprotectrices.
Les études cliniques avec des antidiabétiques plus anciens avaient déjà montré des résultats très prometteurs chez les personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer ou avec des troubles de l'humeur. Le nouveau antidiabétique avec un triple agonisme est prometteur comme traitement potentiel de la maladie d'Alzheimer, mais d'autres études sont nécessaires avant de l’affirmer.

Les résultats de ces nouveaux médicaments antagonistes multiples, initialement développés pour traiter le diabète de type 2, sont très prometteurs car ils ont montré des effets neuroprotecteurs cohérents dans plusieurs études.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité