Publicité

QUESTION D'ACTU

Nutrition et cognitions

Oméga-3 : et si pour les fêtes vous faisiez plutôt du poisson pour le plus grand bénéfice de vos enfants

Selon une étude américaine, les enfants qui mangent du poisson au moins une fois par semaine dorment mieux et ont des scores de QI supérieurs de 4 points en moyenne à ceux qui en consomment moins ou pas du tout

Oméga-3 : et si pour les fêtes vous faisiez plutôt du poisson pour le plus grand bénéfice de vos enfants alexraths/epictura

  • Publié 28.12.2017 à 20h03
  • |
  • |
  • |
  • |


D'après une étude de l'Université de Pennsylvanie publiée cette semaine dans Scientific Reports, une revue Nature, les enfants qui mangent du poisson au moins une fois par semaine dorment mieux et ont un QI plus élevé de 4 points en moyenne.
Des études antérieures avaient montré une relation entre les oméga-3, les acides gras diététiques contenus dans de nombreux types de poissons, et une intelligence améliorée, ainsi que des oméga-3 et un meilleur sommeil. Mais ils n’avaient jamais été reliés auparavant. Ce travail révèle que le sommeil pourrait être le lien possible, le chaînon manquant entre le poisson et l'intelligence.

Une étude parfaitement documentée

Il s’agit encore d’un domaine de recherche émergent, mais les chercheurs se sont focalisés sur les oméga-3 provenant de l’alimentation et non pas de suppléments. Une cohorte de 541 enfants de 9 à 11 ans en Chine, 54% de garçons et 46% de filles, a rempli un questionnaire sur la fréquence de consommation de poisson au cours du dernier mois, avec des options allant de « jamais » à au moins une fois par semaine. Ils ont également utilisé la version chinoise d'un test de QI appelé l'échelle d'intelligence de Wechsler pour enfants révisée, qui examine les compétences verbales et non verbales telles que le vocabulaire et le codage.
Leurs parents ont ensuite répondu à des questions sur la qualité du sommeil en utilisant le Questionnaire sur les habitudes de sommeil des enfants, qui incluait des items tels que la durée du sommeil et la fréquence des réveils nocturnes ou la somnolence diurne. Enfin, les chercheurs ont contrôlé l'information démographique, y compris l'éducation des parents, la profession et l'état matrimonial ainsi que le nombre d'enfants à la maison.

Les bénéfices du poisson sur le QI démontrés

En analysant ces données, l'équipe de Penn a constaté que les enfants qui déclaraient consommer du poisson chaque semaine obtenaient 4,8 points de plus aux examens de QI que ceux qui disaient avoir « rarement » ou « jamais » consommé de poisson. Ceux dont les repas incluaient parfois du poisson ont obtenu une note de 3,3 points plus élevée.
De plus, l'augmentation de la consommation de poisson était associée à moins de perturbations du sommeil, ce qui, selon les chercheurs, indique une meilleure qualité globale du sommeil. Le manque de sommeil est associé à un comportement antisocial, une mauvaise cognition est associée à un comportement antisocial. Les suppléments en oméga-3 réduisent le comportement antisocial, il n'est donc pas surprenant que le poisson soit derrière cela.

Cette étude s'ajoute aux preuves de plus en plus nombreuses montrant que la consommation de poisson a des effets bénéfiques sur la santé et qu'elle devrait faire l'objet de plus de promotion. Les enfants devraient y être initiés dès le début, par exemple vers l'âge de 2 ans car introduire un goût tôt le rend plus acceptable. Les oméga-3 sont tout particulièrement présents dans le saumon, le hareng, le maquereau, le thon, les sardines. Mais aussi,  la sole, la raie, le merlan.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité