Publicité

QUESTION D'ACTU

Coeur et rythme

Battements du cœur : les secrets du moteur (presque) éternel

Un moteur quasi parfait, qui tourne à 70 tours minute en moyenne, mais à qui on peut demander, à tout moment, de doubler, voire tripler son régime… Grâce à 6 protéines capables de synchroniser toutes les cellules cardiaques entre elles pour qu’elles battent ensemble.

Battements du cœur : les secrets du moteur (presque) éternel SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA

  • Publié 13.12.2017 à 12h24
  • |
  • |
  • |
  • |


Le cœur, un moteur quasi parfait, qui demande assez peu de carburant pour fonctionner, une énergie extrêmement variée qui peut aller du simple verre d’eau à la pomme de terre en passant par le bol de riz quotidien. Des milliards de battements, sans aucun entretien particulier, si ce n’est un peu de respect pour les tuyaux et ce que l’on met dedans.

Heureusement, le mécanisme des battements n’est pas un acte qui obéit à la volonté. En effet, si la peur peut accélérer un cœur… le cerveau, lui, ne sait pas l’arrêter. Faire battre un cœur, c’est en fait synchroniser les milliards de cellules qui le composent. Le cœur est une pile assez traditionnelle qui fonctionne grâce à la chimie. Le mérite de cette synchronisation parfaite revient à six protéines, et non pas une seule comme on le croyait jusqu’ici. On les appelle les « connexines », parce qu’elles assurent la communication, la connexion électrique entre chacune des cellules cardiaques. Pour que deux cellules puissent communiquer entre elles, il faut que 2 connexines du même type forment un une sorte de canal qui va permettre, en quelque sorte, le passage du signal électrique.

Six protéines assurent la communication

Ces protéines se contentent d’obéir aux ordres. Les battements sont sous la dépendance de deux systèmes autonomes. Un pour accélérer et contracter ; un autre pour ralentir et dilater. Ces deux systèmes nerveux sont sous le contrôle d’une protubérance du cervelet qui se situe au niveau de notre nuque. Souvenez-vous, quand vous étiez jeunes, avant de vous baigner dans une eau un peu fraîche, votre maman devait vous demander de mettre un peu d’eau sur la nuque – pour renseigner notre cerveau, il existe toute une série de capteurs distribués dans le cœur et les principaux vaisseaux. Ces capteurs sont capables de réagir lorsque la pression, la température, la teneur en oxygène du sang se mettent à varier. Il existe également des capteurs de la chaleur de notre peau : un degré de plus de température, c’est dix battements de plus, tout comme les émotions, l’exercice physique ou la douleur.

La normale, c’est d’avoir un pouls entre 60 à 80 par minute

Les problèmes de rythme cardiaque sont de trois types : trop lent, on parle de bradycardie ; trop rapide, de tachycardie ; en cas d’anarchie, ce seront les extra systoles. Tous ont une solution, y compris l'arrêt brutal, car les cardiologues, que l’on a tendance à assimiler de plus en plus à des plombiers de l’impossible, sont également de super électriciens.

La durée de la vie n’est pas dépendante de la vitesse de battement du cœur

Dans la vie de tous les jours, c’est-à-dire chez les non-sportifs forcenés, avoir un cœur lent au repos est signe d’espérance de vie plus longue. Mais ce n’est pas une garantie absolue. Jeanne Calment, la Française qui a vécu le plus longtemps, avait un cœur normal, cela ne l’a pas empêché de battre 5 milliards de fois. Je vous le dis, un moteur quasi parfait !

 

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité