Publicité

QUESTION D'ACTU

Insuffisance rénale

Réduire sa consommation de viande pour préserver ses reins

La surconsommation de viande est dangereuse pour la santé, mais aussi pour l’environnement. Le think tank Terra Nova le rappelle dans un rapport. Il est possible d’en manger moins, sans trop de contraintes et c’est même parfois mieux.

Réduire sa consommation de viande pour préserver ses reins Maximilian Franz/AP/SIPA

  • Publié 25.11.2017 à 08h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Associations écologistes et végétariennes insistent depuis plusieurs années sur la nécessité de réduire notre consommation de viande. Jeudi 23 novembre, le think tank Terra Nova a alerté à son tour sur les dangers cette surconsommation. Selon son rapport, il faudrait diviser la part de la viande dans notre alimentation par deux d’ici 20 ou 30 ans. Nul besoin pour autant de devenir végétarien ou « vegan », diminuer le nombre de repas carnés serait déjà une bonne chose.

L’excès de protides est mauvais pour le rein

En France, les apports alimentaires en protéines sont largement excédentaires par rapport aux besoins : ils sont estimés à 1,35 g par kilo de poids corporel et par jour. Les apports recommandés seraient de 0,7 à 0,9 g par kilo de poids corporel et par jour. Surtout, une consommation élevée serait associée à une dégradation de la fonction des reins (hyperfiltration et inflammation des reins).
Une diminution de la ration alimentaire en protéines permettrait, en plus, d’améliorer l'assimilation des sucres et de préserver les os des malades. En cas de maladie rénale, la ration alimentaire en protéines ne devrait même pas dépasser 0,6 g par kilo de poids corporel et par jour.

Des plats végétariens à la cantine

Parmi ses 11 recommandations, Terra Nova suggère de commencer cette modification de régime alimentaire dès l’enfance. Pour cela, il faudrait habituer les plus petits à se passer de viande grâce notamment aux menus des cantines scolaires. Les chercheurs recommandent d’imposer un jour végétarien par semaine dans les cantines des collèges et lycées. Ce qui permettrait aussi de « réallouer les sommes économisées à la montée en gamme globale de l’offre de restauration en privilégiant, entre autres, la viande de qualité ou les produits bio pour les autres repas », souligne le rapport. 

Un changement d’habitudes

Aujourd’hui l’assiette moyenne des Français est composée de 60% de protéines animales et de 40% de protéines végétales. Le think tank suggère d’inverser cette proportion.
Premier moyen de réduire la part de protéine animale dans notre assiette: augmenter la part de légumineuses. Pois chiches, lentilles, fèves, haricots secs, tous sont riches en protéines végétales et peuvent remplacer la viande. Il faut les varier cependant car ils ne continuent pas tous les mêmes acides animés.
Pour les consommateurs de plats préparés, les industriels proposent désormais des alternatives sans viande. Quant aux amateurs de cuisine maison, les recettes végétariennes sont nombreuses : quiches aux légumes, lasagnes végétariennes ou encore pâtes au pesto et légumes.

En somme, on peut manger moins de viande sans trop se casser la tête !

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité