Publicité

QUESTION D'ACTU

Hétérosexualité

Les adolescents et les jeunes diversifient leurs pratiques sexuelles

Au cours des 20 dernières années, les pratiques hétérosexuelles se sont grandement diversifiées chez les jeunes. Une diversification des pratiques qui interpelle les gouvernements sur la politique éducative à adopter, ainsi que sur la protection de la santé des jeunes.

Les adolescents et les jeunes diversifient leurs pratiques sexuelles kotin/epictura

  • Publié 20.11.2017 à 13h40
  • |
  • |
  • |
  • |


Les traditions se perdent, même dans le sexe. Une étude publiée dans le Journal of Adolescent Health décrit les changements des pratiques sexuelles des jeunes en Grande-Bretagne. Ce type d’enquête a été réalisée tous les 10 ans depuis 1990 et a impliqué des entretiens avec plus de 45 000 personnes.
Dans les résultats, une seule chose ne varie pas : les rapports vaginaux et le sexe oral sont restés la forme la plus commune de relations chez les hétérosexuels. Mais la pratique du sexe anal gagne la jeunesse. Aujourd’hui chez les 16-24 ans, un homme sur quatre et une femme sur cinq a eu ce type de relation au cours de l’année passée contre une femme et un homme sur dix en 1990.

Comprendre pour agir

Les nouvelles tendances apparaissent chez les plus jeunes. Les plus grandes augmentations de fréquence des rapports sexuels oraux et anaux concernent les 16-18 ans. Une réalité à saisir au plus vite : « L'éducation relationnelle est en cours de mise à jour », explique Ruth Lewis, l’auteur principal de l’étude. « Il est crucial de suivre les tendances actuelles des pratiques sexuelles chez les adolescents afin que les programmes de prévention soient adaptés aux réalités des expériences des jeunes ».
Par ailleurs, l’âge de la première expérience sexuelle, incluant le baiser, n’a pas beaucoup changé : l’âge du premier baiser reste à 14 ans et le premier rapport sexuel à 16 ans.

Education sexuelle à revoir

Au-delà de l’analyse comptable, l’étude insiste sur la nécessité d’une éducation sexuelle et relationnelle efficace pour discuter du consentement et de la sécurité en fonction des pratiques sexuelles.
« Nous voulons informer au maximum les jeunes pour qu’ils puissent maximiser leur bien-être dès le début de leur vie sexuelle », assure Ruth Lewis.
Seul bémol, les chercheurs reconnaissent que leur enquête est limitée par le fait qu’il s’agit d’une enquête déclarative et qu’elle peut subir l’influence des normes sociales en vigueur, ce qui peut fausser les réponses.
Ils expliquent également que le nombre de personnes ayant déclaré une expérience homosexuelle n'était pas suffisant pour garantir la validité de leur analyse en ce dernier domaine.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité