Publicité

QUESTION D'ACTU

Sommeil

Cerveau : il est possible d’apprendre en dormant

Une équipe française de l’ENS est parvenue à faire reconnaître des sons à des personnes qui les avaient entendus en dormant.

Cerveau : il est possible d’apprendre en dormant evgenyataman/Epictura

  • Publié 09.08.2017 à 18h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Apprendre en dormant. L’idée fait rêver, et il est facile de s’imaginer le temps que l’on pourrait gagner sur ces heures d’inactivité. Une nouvelle langue, des théories de physique fondamentale ou de psychologie, les ficelles de la bourse… Le champ des possibles paraît alors sans limite face à cette ouverture de nos capacités d’apprentissage.

Des études avaient déjà présenté des résultats plus ou moins concluants, ou validé des capacités d’apprentissage pendant le sommeil, mais limitées au conditionnement. Par exemple, il est possible de créer une association entre la cigarette et l’idée d’une odeur désagréable, un peu comme par hypnose.

Cette fois, des chercheurs de l’Ecole normale supérieure (ENS Paris), en partenariat avec le CNRS et l’université Pierre et Marie Curie, ont validé le principe : pendant notre sommeil, le cerveau peut continuer à apprendre. Leurs résultats paraissent dans la revue Nature Communications.

Des bruits blancs dans le noir

Pour confirmer ce concept, les chercheurs français ont diffusé des sons pendant le sommeil d’une vingtaine de personnes. À leur réveil, ils ont pu vérifier qu’ils avaient bien appris à reconnaître les sons en question.

Et, plus intéressant, les sons diffusés n’étaient pas été choisis au hasard. Il s’agissait de bruits blancs, qui ne présentent aucun signe distinctif à la première écoute. C’est par la répétition qu’il devient possible de les reconnaître.

En utilisant ces sons, et en vérifiant que les participants parvenaient à les reconnaître à leur réveil, les chercheurs ont donc validé une forme d’apprentissage rapide. « L’utilisation de ces bruits blancs est intéressante, car les mécanismes nécessaires à leur reconnaissance sont au cœur de la plasticité cérébrale, explique à Pourquoidocteur Thomas Andrillon, docteur en neurosciences au département de sciences cognitives de l’ENS, et l’un des auteurs de l’étude. C’est un bon marqueur de l’état d’apprentissage. »

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Un rêve d’apprentissage

L’étude apporte un second enseignement : il n’est pas possible d’apprendre à n’importe quel moment du sommeil. C’est pendant les phases de sommeil paradoxal (ou REM en anglais) que le cerveau est le plus réceptif.

Cet état porte bien son nom : alors que le corps est totalement relâché et semble être profondément endormi, le cerveau montre des signes d’activité comparables à ceux observés pendant les phases d’éveil. Les yeux effectuent des mouvements rapides derrière les paupières fermées. Le cerveau reçoit des informations sensorielles, mais provenant de l’intérieur : c’est le moment des rêves.

À l’inverse, pendant l’autre type de sommeil, le sommeil lent, l’apprentissage ne fonctionne pas. Mais entre les deux, des états un peu hybrides permettent d’apprendre. Un autre résultat intéressant, qui pousse les chercheurs à émettre l’hypothèse selon laquelle le véritable déterminant de cette capacité n’est pas l’état d’activité du cerveau, mais son état chimique. Une hypothèse qu’il faudra vérifier par des tests sur l’animal.

Des intuitions, peu de certitudes

En résumé, les chercheurs de l’ENS ont validé le principe selon lequel il est possible de dormir et d’apprendre en même temps. Mais jusqu’où peut-on aller ? Est-il possible de profiter de son sommeil pour apprendre une nouvelle langue ?

Cela semble malheureusement peu probable, dans l’état actuel des connaissances. « À mon avis, les capacités d’apprentissage se limitent à la mémoire implicite », estime le Dr Andrillon. Il serait alors impossible de stocker et de restituer des informations comme on l’entend au sens premier du terme : savoir traduire « cerveau » par « brain » en anglais, par exemple.

Il serait en revanche possible de travailler l’intuition. Pour l’apprentissage d’une nouvelle langue, l’utilisation des capacités du cerveau dormant pourrait alors apporter une sorte d’intuition, de facilité à l’apprentissage concret.

La nuit, on se repose

Mais est-ce vraiment rentable ? « Il faut se demander si le jeu en vaut la chandelle, souligne Thomas Andrillon. Ce type d’apprentissage implique des problèmes de confiance au moment de la restitution des connaissances. Il a aussi des conséquences sur la qualité du sommeil. » En faisant écouter des sons pendant le sommeil, les chercheurs stimulent en effet des zones du cerveau associées à l’écoute. Ce qui peut avoir des effets délétères le lendemain, ou à plus long terme.

« La recherche n’a pas le recul nécessaire pour juger de cet impact, estime le neuroscientifique. Et le sommeil est quelque chose d’essentiel, et de très fragile. » Il faudra donc se passer (pour l’instant !) de l’envie de rentabiliser son sommeil. Mais savoir qu’il est possible d’apprendre en dormant est une avancée en soi !

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité