Publicité

QUESTION D'ACTU

Déclaration de Gérard Collomb

Cannabis : supprimer la peine pour les usagers

Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb est favorable à une pénalisation plus légère de la consommation de cannabis. Il propose de remplacer la prison par des amendes.

Cannabis : supprimer la peine pour les usagers Dave H/Flickr

  • Publié 25.05.2017 à 16h41
  • |
  • |
  • |
  • |


Une révolution se prépare-t-elle ? Un vrai changement de politique vis-à-vis du cannabis est en cours. Le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, l’a confirmé au micro de Jean-Jacques Bourdin, sur RMC. « Dans les trois à quatre mois », consommer cette substance pourra être sanctionné d’une simple contravention.

Le constat de l’ancien maire de Lyon (Rhône) et du président de la République est clair. Actuellement, les peines de prison sont très peu appliquées dans le cadre d’une consommation de cannabis. Pourtant, la politique est jusqu’ici restée très répressive.

Pour la première fois, un gouvernement propose une évolution de la législation. Il ne s’agit pas de légaliser, ni même de dépénaliser. Mais plutôt d’alléger la procédure judiciaire. Sous la loi actuelle, un consommateur ou détenteur de cannabis s’expose à un an de prison et plus de 3 000 euros d’amende.

Emmanuel Macron veut donner aux policiers la possibilité de dresser une contravention dès l’interpellation. « Le problème aujourd’hui, c’est que quelqu’un est arrêté pour un trafic de stups et il ne se passe rien, a expliqué le ministre de l’Intérieur à RMC. Deux jours après, il revient dans son quartier et il refait le même trafic. »

Les Français pour l'assouplissement

Cette proposition marque une véritable évolution de la position française vis-à-vis du cannabis. Dans un communiqué, le syndicat de policiers UNSA a accueilli cette annonce avec enthousiasme, évoquant « une demande forte de simplification et d’allégement du travail, sans sacrifier à l’efficacité. »

En France, 4 personnes sur 10 sont favorables à une dépénalisation de la consommation de cannabis. Il faut dire que, selon l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies, 17 millions se sont déjà essayés à la fumette.

Ce changement de posture n’augure pas pour autant une évolution vers l’assouplissement des sanctions. Si la président Emmanuel Macron semble favorable à une dépénalisation, il s’est montré prudent sur le sujet.

 

Retrouvez l'émission L'invité santé avec
le Pr Bertrand Dautzenberg, 
pneumologue (Paris)
diffusée le 5 février 2016 :

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité