Publicité

QUESTION D'ACTU

Projet Citicks

Maladie de Lyme : l'Inra appelle les Français à participer à la recherche

L'Inra lance un projet de science participative pour mieux comprendre la maladie de Lyme et cartographier la présence des tiques en métropole.  

Maladie de Lyme : l'Inra appelle les Français à participer à la recherche sasel77/epictura

  • Publié 22.05.2017 à 13h58
  • |
  • |
  • |
  • |


Quand arrivent les beaux jours, les moustiques ne sont pas les seuls nuisibles redoutés. Les tiques, insectes vecteurs de la maladie de Lyme, peuvent aussi gâcher les promenades en forêts ou les pique-niques dans l’herbe.

Mais malgré la crainte suscitée par cet arthropode gourmand de sang, les connaissances scientifiques restent limitées. « On en sait vraiment encore trop peu sur ces parasites et les agents infectieux qu’ils transportent », relève l’Institut national de la recherche agronomique (Inra) qui se pose des multitudes de questions comme « peut-on se faire piquer en hiver et en été alors qu’il est admis que les périodes propices sont le printemps et l’automne ? », « y a-t-il des heures où les tiques sont plus actives et piquent davantage ? », ou « quels sont les agents pathogènes les plus présents chez les tiques ? et dans quelle région ? »


Une science collaborative

Pour répondre à toutes ces interrogations, l’Inra a mis au point un projet de sciences participatives intitulé « Citicks », inspiré d’une initiative suisse. Celui-ci reposera essentiellement sur des données collectées par des citoyens volontaires partout sur le territoire, et exploitées par plusieurs équipes de l’Inra.

Les informations seront communiquées aux chercheurs via le site et l’application Vigi-Tique lancés dès cet été. Il suffira d’indiquer où et quand un individu ou un animal domestique a été piqué par une tique. « Les informations seront intégrées à une base de données et la cartographie des piqûres pourra être consultée ». Ces outils seront également une source d'information et de conseils pour les personnes victimes d'une piqûre de tique.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Collecter les trouble-fêtes

Les chercheurs de l’Inra espèrent avoir le même succès que leurs collègues en Suisse. « En 18 mois, ils ont obtenu près de 7 000 déclarations de piqûres de tiques et l’application a été téléchargée plus de 10 000 fois ! Nous lancerons également une collecte massive des tiques elles-mêmes avec des consignes précises pour faire parvenir les petites bêtes aux équipes scientifiques », a expliqué l’Inra.

Cette collecte permettra de mieux connaître les agents pathogènes présent dans l’organisme. Actuellement les scientifiques en connaissent une soixantaine. Le plus connu est la bactérie Borrelia burgdoferi, responsable de la maladie de Lyme. Une pathologie très invalidante si elle n’est pas diagnostiquée et traitée rapidement. En France, environ 30 000 nouveaux cas sont recensés.

Les volontaires seront aussi invités à participer à des stages de recherche pour co-construire le projet Citicks. « Membres d’associations de malades, naturalistes, chasseurs, randonneurs, étudiants, professionnels de santé, de la forêt ou de l’agriculture… chacun pourra s’immerger dans un laboratoire de recherche pour apprendre à reconnaître les espèces de tiques et analyser leur contenu en agents infectieux », explique l’équipe. Ce dispositif devrait être prêt en 2018.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité