Publicité

QUESTION D'ACTU

Rapport de l’OCDE

Obésité : un Français sur cinq sera touché en 2030

D’ici 2030, la moitié des Américains seront obèses. En France, une personne sur cinq sera touchée. L’OCDE appelle à accentuer la prévention.

Obésité : un Français sur cinq sera touché en 2030 Pixinooo/epictura

  • Publié 19.05.2017 à 12h21
  • |
  • |
  • |
  • |


Les pays de l’OCDE pèsent trop lourd sur la balance. Au sein de cet espace économique, la moitié des adultes sont en surpoids ou obèses. Les approches préventives se multiplient. Elles risquent toutefois d’être insuffisantes. D’ici 2030, la part de personnes en surcharge pondérale va exploser, prédit l’Organisation à l’occasion de la Journée européenne de l’obésité.

L’explosion attendue

A elle seule, l’obésité – qui se définit par un IMC supérieur à 30 – concerne 19,5 % de la population vivant dans l’OCDE. Mais un fossé sépare les bons élèves comme la Corée du Sud ou le Japon, où elle touche 6 % des adultes, et le Mexique ou la Nouvelle-Zélande. Dans ces Etats, un tiers de la population dépasse un IMC de 30.


Taux d’obésité dans l’OCDE (Source : OCDE)

La situation n’est pas près de s’améliorer, à en croire les prévisions de l’OCDE. Le rythme de la prise de poids s’accélère en France, au Canada ou encore au Mexique. L’Hexagone devrait ainsi atteindre le niveau de l’Espagne en matière de surcharge pondérale. Un adulte sur cinq sera concerné.

Outre-Atlantique, c’est pire. Les projections prévoient 47 % d’obésité aux Etats-Unis et 39 % au Mexique. Face à cette prise de poids, les femmes sont plus vulnérables, particulièrement si elles ont un niveau d’éducation faible.


Evolution de l’obésité chez les adultes de 15-74 ans (Source : OCDE)

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Agir au supermarché

Face à cette hausse régulière du surpoids, la résistance s’organise. L’OCDE salue la progression notable des politiques de prévention et de communication. Au menu des mesures efficaces, la révision des emballages alimentaires. Plus clairs, ils proposent une information nutritionnelle censée aiguiller le consommateur vers des choix plus sains.

L’étiquetage synthétique fonctionne, au moins au Royaume-Uni. Le système des feux tricolores y a été introduit en 2013. Cela augmente de 18 % les achats sains tout en réduisant le 4 % le nombre de calories par repas. En fonction des pays, la forme varie : la Scandinavie a opté pour la serrure, la France pour un système synthétique en 5 couleurs.



Le modèle new-yorkais

L’OCDE salue aussi les initiatives plus locales, et plus particulièrement les réglementations en vigueur à New-York. Les restaurants ont l’obligation d’afficher la qualité nutritionnelle et les calories de chaque plat. Au-delà de 2,3 grammes de sel par assiette, ils sont tenus d’en informer le client. Ces approches combinées suscitent l’intérêt de l’Organisation.

Au menu des combinaisons gagnantes, l’OCDE met en avant le Canada, où la restriction des publicités destinées aux enfants est couplée à un étiquetage plus clair. Le Danemark a choisi, pour sa part, d’associer le Nordic Keyhole aux campagnes de prévention.

Ces approches fonctionnent mais leur efficacité doit encore être améliorée. L’OCDE met l’accent sur le rôle clé des réseaux sociaux dans la réussite d’une campagne de santé publique. Les pays auraient aussi tout intérêt à réguler plus sévèrement les publicités destinées aux plus jeunes.

 

La pleine conscience aide à perdre du poids

Consacrer son attention pleine et entière à son assiette, seraitla clé pour perdre du poids. Une équipe de l’université de Caroline du Nord (Etats-Unis) confirme que manger en pleine conscience aide à maîtriser son alimentation.  Des résultats présentés au Congrès européen sur l’obésité, qui se tient à Porto (Portugal) du 17 au 20 mai.

Pour ces travaux, 42 personnes ont mangé en pleine conscience pendant 15 semaines. Leur poids a été comparé à celui de personnes qui ont fait un régime standard, avec modification des habitudes alimentaires et sportives. La pleine conscience est bel et bien bénéfique puisqu’elle s’accompagne d’une perte de poids de 1,9 kg en moyenne. Dans le groupe contrôle, seuls 300 grammes ont été perdus.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité