Publicité

QUESTION D'ACTU

Espérance de vie rallongée

VIH : les patients vieillissent avec une santé précaire

L'espérance de vie des personnes séropositives s'allonge.  Mais ils souffrent de plus de maladies.

VIH : les patients vieillissent avec une santé précaire AndreyPopov/epictura

  • Publié 11.05.2017 à 16h53
  • |
  • |
  • |
  • |


Les efforts ont payé. En Europe et en Amérique du Nord, l’espérance de vie des jeunes séropositifs a bondi depuis la fin des années 1990. Désormais, un vingtenaire sous traitement peut espérer vivre aussi longtemps qu’une personne non porteuse du VIH. Cette bonne nouvelle, détaillée dans le Lancet HIV, est la conséquence de traitements antirétroviraux efficaces.

En population générale, une personne âgée de 20 ans en 2008 peut espérer vivre 78 ans. Chez les jeunes porteurs du VIH, c’est à peine moins : 73 ans pour les hommes, 76 ans pour les femmes. Le mérite revient en grande partie à l’efficacité des antirétroviraux, administrés en trithérapie.

Des anomalies structurelles

Plus efficaces, les traitements favorisent moins l’émergence de résistance du VIH. Leurs effets secondaires sont, en outre, moins lourds, ce qui améliore l’observance.
Mais vivre longtemps ne veut pas pour autant dire vieillir en bonne santé. Cette observation vaut particulièrement pour les personnes séropositives. Car si les antirétroviraux sont très opérants, le virus persiste dans l’organisme à l’état latent.

Même à des charges indétectables, le VIH semble poursuivre son action délétère sur l’organisme, et notamment le cerveau. Une étude menée par l’Université du Missouri à Saint-Louis (Etats-Unis) le confirme. Parue dans Brain Connectivity, elle fait état d’anomalies structurelles dans la matière blanche des séropositifs.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

L’inflammation persiste

Par rapport aux personnes en bonne santé, les porteurs du VIH présentent une moins bonne connectivité des neurones. Or, « il est très rare de détecter des modifications de la structure ou de la fonction cérébrale chez des jeunes gens, sauf en présence d’une maladie neurologique sérieuse », souligne Christopher Pawela, rédacteur en chef de la revue où ces résultats sont publiés.

Ces altérations se traduisent par plus de difficultés d’apprentissage et de mémorisation. En cause, selon les chercheurs, l’inflammation liée à la présence du VIH dans le cerveau. En effet, le virus franchit la barrière hémato-encéphalique, censée protéger l’organe, dans les 8 jours suivant l’infection. Il y persiste même sous traitement. D'ailleurs, les troubles cognitifs associés au VIH sont un fait connu des spécialistes.

35 % de quinquagénaires

Les dégâts du VIH sont loin de se limiter à la matière grise. Cela ne fait plus de doute : le virus accélère le vieillissement de ses hôtes. Et cela de manière polyvalente. Selon Sidaction, les personnes séropositives de 55 ans et plus souffrent trois fois plus de pathologies associées que les septuagénaires non infectés. Le risque d’infarctus est, par exemple, doublé du fait de l’inflammation chronique.

La population vieillit, et les séropositifs aussi. Sur les 150 000 personnes vivant avec le VIH en France, 35 % ont dépassé la barre des 50 ans. Une source d’inquiétude pour eux. Et pourtant, la société française ne semble pas s’y être préparée. « Il n’était pas programmé que ces personnes vivent si longtemps, confiait en décembre le vice-président d’AIDES, Alain Bonnineau. Aucun dispositif ne les a pris en compte. » Preuve de plus, s'il était besoin, que le VIH n'est pas une maladie chronique comme les autres.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité