Publicité

QUESTION D'ACTU

Asthme, diabète...

Maladies chroniques : les patients négligent leur traitement

ENTRETIEN - Une étude revient sur les raisons qui sous-tendent le manque d’observance. Décryptage avec l'économiste Claude Le Pen.

Maladies chroniques : les patients négligent leur traitement MrHamster/epictura

  • Publié 30.04.2017 à 10h40
  • |
  • |
  • |
  • |


Les patients chroniques le savent bien : prendre des médicaments, tous les jours, toutes les semaines, pendant des mois et des années, cela peut s’avérer compliqué. Qui peut-on blâmer pour la « non-observance » médicamenteuse ? Le terme se réfère aux patients qui observent mal leur traitement, mais il faut les comprendre. Pour qu’une prise en charge soit efficace, la seule prescription n’est pas suffisante. Il faut accompagner, expliquer, prendre le temps pour permettre au patient de s’approprier son traitement.

L’observance est un défi sanitaire, économique et social. Pour mieux comprendre qui sont les patients qui « décrochent », quand et pourquoi, les études se multiplient. La dernière en date, menée par QuintilesIMS et le CRIP, est centrée sur trois pathologies (asthme, diabète de type 2 et hypertension artérielle).

Menée à partir d’une cohorte de plusieurs centaines de milliers de patients, elle révèle des taux d’observance très différents selon les maladies, variant de moins de 30 % pour l'asthme à plus de 80 % pour l'hypertension artérielle. Cela constitue une « perte de chance » considérable, montrent ces travaux qui tentent de sonder les raisons du phénomène. Claude Le Pen, économiste de la santé qui a participé à la publication de ces travaux, revient sur les résultats et les moyens d’améliorer la prise en charge. 
 

A quel moment les patients sont-ils plus susceptibles de « décrocher » de leur traitement ?

Claude Le Pen : C’est justement ce que nous enseigne cette étude : il y a deux moments de fragilité. Le premier, c’est l’initiation au traitement. On s’aperçoit que les gens à qui on a prescrit un traitement dans les mois qui précèdent l’observent très mal. Une fois qu’on est entré dans la pathologie et qu’on doit suivre un traitement chronique, il faut encore un peu de temps avant d’accepter d’acheter et de consommer le médicament. Cela doit passer par un processus d’appréhension de la situation et du traitement, et de déclenchement de sa prise.

L’autre élément de fragilité, c’est quand on change de traitement. On constate là aussi que tout changement de médicament entraîne une baisse de son observance. Cela est dû au fait que souvent, le traitement est modifié parce que le précédent a mal marché, il était insuffisant ou avait des effets secondaires. Du coup, le patient appréhende et doute de l’efficacité du nouveau traitement, ce qui peut conduire à moins l’observer. On peut voir cela y compris pour un changement vers un générique.

Dans quelles pathologies constate-t-on une moindre observance ?

Claude Le Pen : Parmi les pathologies que nous avons étudiées, c’est l’asthme qui pose problème en terme d’observance. L’asthme n’est pas considéré comme une maladie chronique nécessitant un traitement de fond, mais plutôt comme une forme de crise qui survient ponctuellement et qui se traite avec un coup de Ventoline. Les pneumologues sont unanimes : le traitement de fond de l’asthme est problématique.

Dans l’hypertension artérielle, on a une meilleure observance, tout dans comme dans le diabète : c’est une pathologie dans laquelle le patient s’implique davantage, il surveille sa glycémie etc.



L’étude émet des recommandations pour améliorer l’observance, quelles sont les principales ?

Claude Le Pen : D’abord, il faut renforcer le lien avec le pharmacien et le médecin. Les patients observants le sont aussi de leur relation avec les professionnels de santé : ils suivent le traitement parce qu’ils ont un lien étroit avec l’équipe qui les prend en charge, le prescripteur, le pharmacien… A contrario, les patients qui font du « nomadisme pharmaceutique », qui n’achètent pas leurs médicaments au même endroit, qui voient assez peu leur médecin et ont un contact assez lâche avec les professionnels de santé observent moins leur traitement que les autres, parce qu’ils sont moins motivés, moins suivis, plus vagabonds. A gravité égale de maladie, il y a une motivation ou une compréhension plus faible.

Il faut donc renforcer ce lien, ce qui passe par la formation, peut-être aussi la rémunération – on pourrait envisager des actes ou des visites de suivi, qui rentreraient dans la ROSP (rémunération pour objectif de santé publique). Il faudrait peut-être aussi faire des actions ciblées sur certaines pathologies sur certains patients ou populations à risque. Peut-être aussi informer les patients, leur expliquer un peu mieux, un peu plus, les accompagner. En tout cas il faut partir du point de vue que le patient ne va pas nécessairement suivre le traitement parce qu’on le lui a prescrit. Les mesures d’incitation à la prise du traitement sont aussi importantes que sa prescription.

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité