• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Campagne de vaccination lancée

Nigeria : l’épidémie de méningite C a fait 500 morts

Un peu moins de 500 morts ont été causées par une épidémie de méningite C. Le Nigeria a lancé une campagne de vaccination et invite à prendre des mesures de prévention.

Nigeria : l’épidémie de méningite C a fait 500 morts Campagne de vaccination en 2009 au Nigeria (Teseum/Flickr)

  • Publié le 13.04.2017 à 14h58
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Neisseria meningitidis est une des bactéries responsables de la méningite. Elle se transmet par l’intermédiaire des gouttelettes de salive. Cinq sérogroupes sont particulièrement surveillés : A, B, C, W et Y.
  • Après s’être installée dans la gorge, la bactérie atteint la circulation sanguine, provoquant une méningite ou une septicémie parfois mortelles. Le purpura fulminans est une complication grave de l’infection, mortelle dans un as sur trois.
  • Dans les zones endémiques, et pour les voyageurs qui s’y rendent, la vaccination est recommandée. La ceinture de la méningite en Afrique subsaharienne, dont le Nigeria fait partie, est concernée.
  • En France, le vaccin contre le méningocoque de type C est recommandé à tous les nourrissons de l’âge de 12 mois.

L’épidémie de méningite C submerge le Nigeria. La majorité des Etats de ce pays africain tentent de combattre cette maladie contagieuse. Sans succès, puisque la bactérie a provoqué 500 décès en l’espace de cinq mois. Ce 12 avril, le ministre délégué à la Santé, Osagie Ehanire, s’est pourtant voulu rassurant devant la presse. L’épidémie « commence à stagner », affirme-t-il. Elle pourrait amorcer prochainement son recul.

Une campagne de vaccination

Au dernier bilan, plus de 4 700 cas suspects ont été rapportés aux autorités sanitaires nigériannes. C’est deux fois plus qu’au début du mois d’avril. L’épidémie de méningite C touche surtout les enfants et l’Etat de Zamfara, au nord du pays. A lui seul, il concentre 70 % des malades.

La réponse n’a pas tardé, face à l’explosion des infections. Les malades sont désormais isolés dans des centres dédiés et des antibiotiques fournis en masse à toutes les régions à risque. Dès les premiers jours d’avril, une campagne de vaccination a été lancée au sein des zones touchées. « Nous avons commandé deux millions de doses supplémentaires », a lancé Osagie Ehanire ce 12 avril. Cela risque d’être insuffisant. Rien que pour protéger la population de Zamfara, il faudrait trois millions de vaccins.


Source : Centre nigérian pour le contrôle et la prévention des maladies (NCDC)

Une ceinture bien connue

Le ministère nigérian de la Santé le précise, « cette épidémie est différente, car les précédentes ont toutes été provoquées par la bactérie Neisseria Meningitides de type A ». Mais le pays reste habitué à des flambées de ce type. En 2009, plus de 9 000 cas ont été signalés et 560 décès enregistrés.

De fait, les bactéries à l’origine de la maladie circulent bien dans la région qui encercle le Nigeria. A tel point qu’elle a été surnommée « la ceinture de la méningite ». Chaque année, 400 millions de cas sont repérés dans les 26 pays qui la composent. Eux-aussi affrontent en ce moment une épidémie de taille, affirme le ministère de la Santé.


Source : Centres américains pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC)

 

La population appelée à se protéger

Au cœur de l’épidémie, les autorités sanitaires nigérianes appellent les citoyens à se protéger. Ils ont émis plusieurs recommandations destinées à prévenir la circulation du méningocoque de type C. Eviter les zones surpeuplées et les contacts prolongées – avec un malade ou une personne saine – est ainsi conseillé. Les mesures habituelles sont aussi rappelées : hygiène des mains irréprochable, tousser dans le creux du coude ou les manches, évacuer correctement les sécrétions respiratoires. Le ministère de la Santé demande aussi aux Nigérians d’éviter l’automédication et de dormir dans des espaces bien aérés.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité