Publicité

QUESTION D'ACTU

Revendication du SML

Stationnement : les médecins ne veulent pas avoir à payer

Le Syndicat de Médecins Libéraux (SML) s’apprête à rencontrer l’Association des Maires de France pour réclamer le retour du stationnement gratuit. 

Stationnement : les médecins ne veulent pas avoir à payer DURAND FLORENCE/SIPA

  • Publié 12.04.2017 à 16h28
  • |
  • |
  • |
  • |


Pour continuer à faire des visites, les syndicats de médecins libéraux réclament la gratuité du stationnement. Après l’appel du principal syndicat, la CSMF, en septembre dernier, c’est au tour du Syndicats des Médecins Libéraux (SML) de taper du poing sur la table. Ils dénoncent les nouvelles réglementations entrées en vigueur dans plusieurs grandes villes de France. A Lille, Paris ou Troyes, le caducée ne permet plus aux médecins en visite de stationner gratuitement.

Estimant que les consultations à domicile sont un service public, le Dr Philippe Vermesch, président du SML réclame le retour de la gratuité. Il tentera de convaincre les élus le 3 mai prochain lors d’un rendez-vous avec l’Association des maires de France, présidée par François Baroin.


Quelle est la situation actuelle pour le stationnement des médecins ?
Dr Philippe Vermesch : Jusqu’à maintenant, les mairies étaient tolérantes concernant le stationnement des médecins. Lorsque nous mettions notre caducée sur la lunette avant, le stationnement était gratuit. Le problème c’est que 8 ou 9 grandes villes, notamment Paris, Rouen et Lyon, ont commencé à verbaliser les médecins. En sortant de chez leurs patients, les praticiens trouvaient des amendes de 35 à 45 euros sur leur pare-brise.

A Paris, la mairie propose un forfait annuel de 240 euros et fait payer en plus 50 centimes de l’heure, soit une réduction de 50 %. Une visite durant entre 30 minutes et une heure, les frais annuels peuvent s’élever à 1 000 euros. Ce n’est pas tenable financièrement. Et nous estimons que la visite à domicile est un service public que le médecin rend à ses patients, ce n’est pas normal de le faire payer.

Ecoutez l'intégralité de l'entretien avec le Dr Philippe Vermesch : 

 

 

Certaines mairies évoquent des dérives pour justifier l’instauration de ces frais...
Dr Philippe Vermesch : Il est possible que ces dérives existent mais là les mairies font payer tous les médecins sans distinction. Ils auraient donc pu trouver un système qui permet l’individualisation. J’insiste aussi sur le fait que la mairie de Paris saurait, grâce à la Caisse nationale d’Assurance Maladie, le nombre de visites réalisées par les médecins. C'est inadmissible car ces données sont censées être confidentielles.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Qui sont les médecins concernés ?
Dr Philippe Vermesch : 
Tous les médecins généralistes qui font des visites, mais aussi les spécialistes. Personnellement, je suis stomatologue je fais des visites de temps en temps. SOS Médecins est aussi concerné. Dans certaines villes, il n’y a qu’eux qui font encore des gardes.

Que demanderez-vous à l’Association des maires de France ?
Dr Philippe Vermesch : 
La gratuité car c’est un service public. Nous sommes aujourd’hui confrontés à des déserts médicaux et des patients qui ont dû mal à trouver un médecin traitant. En plus, la médecine libérale est de moins en moins attractive, donc cela ne sert strictement à rien de taxer les médecins. Pire, cela pourrait les inciter à arrêter de faire des visites.

Donc nous allons leur signifier notre désaccord et leur demander d’instaurer à nouveau la gratuité. En fonction de leur réponse, nous tenterons de mettre un système qui peut satisfaire l’ensemble des médecins et des mairies.

En attendant le SML a fait un disque bleu à apposer sur le pare-brise qui est accessible sur notre site et que nous avons distribué au Congrès de médecine générale. Nous l’avons également envoyé à nos adhérents et aux médecins qui nous l’ont demandé. Il est disponible en téléchargement sur notre site.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité