Publicité

QUESTION D'ACTU

Expérimentation de la CNAM

Accès aux soins : pourquoi un Français sur quatre renonce

L’Assurance maladie va proposer un nouveau dispositif pour réduire le renoncement aux soins. Un accompagnement personnalisé sera proposé aux assurés concernés.

Accès aux soins : pourquoi un Français sur quatre renonce filmfoto/Epictura

  • Publié 28.03.2017 à 17h15
  • |
  • |
  • |
  • |


Alors que la France est souvent enviée pour la performance de son système de santé, « les difficultés d’accès aux soins demeurent », déplore ce mardi l'Assurance maladie. La CNAM (1) rappelle pourtant que cet accès est garanti par la Constitution et donc reconnu comme un droit.

Une étude menée dans 18 départements par l’Observatoire des non recours aux droits et aux services (Odenore) révèle que plus d’un quart des assurés interrogés dans les accueils de l’Assurance Maladie seraient concernés par ces situations. Le non recours aux droits explique en partie ces difficultés d’accès aux soins : ainsi, seules 22 % des personnes éligibles à l’aide au paiement d'une complémentaire santé (ACS) avaient fait valoir leur droit en 2011.

La nouvelle démarche pro-active de la CNAM 

Face à cette situation inquiétante, la CNAM martèle ce mardi que le renoncement aux soins est devenu « un défi » qui concerne la collectivité dans son ensemble. Il est, selon elle, « source d’inégalités et de dépenses supplémentaires à moyen et long termes ». Elle veut désormais être pro-active en la matière en sortant de son rôle habituel de guichet qui délivre des droits ou des prestations.

L'Assurance maladie annonce donc le déploiement progressif d'un nouveau dispositif de lutte contre le renoncement aux soins. Lancé sous forme d’expérimentation depuis novembre 2014, il va être généralisé à l’ensemble du territoire à travers trois vagues successives du 1er avril 2017 à la mi-2018.  

Contacté par Pourquoi Docteur Jean-Yves Casano a déjà expérimenté cette solution dans la Somme. Et le directeur de la CPAM du département est satisfait des premiers résultats récoltés.

Le renoncement aux soins est-il fréquent dans votre département ?
Jean-Yves Casano : En testant la question du renoncement aux soins dans nos centres d'accueil, nous nous sommes aperçus que cette problématique concernait entre 20-25 % de nos assurés. Ces personnes renonçaient principalement à des soins dentaires, d'optiques, et de spécialistes également. Les raisons étaients multiples. Pour certaines, il s'agissait de questions financières alors que d'autres ne connaissaient tout simplement par leurs droits. Dans la Somme, nous avons par exemple 90 000 personnes qui ont des revenus inférieurs au seuil de pauvreté. Or, dans mes fichiers, j'ai à peine 66 000 assurés qui sont bénéficiaires de la Couverture Maladie Universelle Complémentaire (CMU-C). On voit bien ici qu'il y a un gap possible entre le droit à la CMU et l'exercice effectif de ce droit. Ce faisant si un assuré n'a pas de CMU, il va logiquement renoncer à des soins.
 

Ecoutez l'intégralité de l'entretien avec Jean-Yves Casano :

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

En quoi consiste le dispositif que vous avez testé ?
Jean-Yves Casano : Nous avons démarré notre expérimentation au mois d'avril 2016. Celle-ci a commencé avec un gros travail de partenariat avec beaucoup d'acteurs du terrain. Le dispositif que nous avons ensuite mis en place a consisté en la création d'un numéro vert. J'ai aussi redéployé des agents avec une cellule dédiée. Celle-ci s'occupe aujourd'hui de répondre aux questions de nos partenaires qui traitent les problématiques énoncées par les assurés dans nos accueils. Concrètement, c'est-à-dire que chaque cas identifié a le droit a un contact personnalisé avec un agent bien identifié. Surtout, je fais en sorte que la relation entre mon collaborateur et la personne en difficulté soit toujours la même. Ainsi, il y aura un climat de confiance et ce sera beaucoup plus facile de construire avec l'assuré le programme d'accompagnement, et de le suivre sur la durée. 

Les premiers résultats récoltés sont-ils concluants ? 
Jean-Yves Casano : A l'heure actuelle, nous avons plus de 400 personnes qui sont suivies de façon personnalisée. La moitié d'entre elles ont pu accéder à de nouveaux soins grâce à leur inclusion dans le dispositif. Et les taux de CMU et d'aide au paiement d'une complémentaire santé (ACS) progressent aussi de façon très très régulière. Seul bémol, 75 personnes n'ont pas poursuivi l'expérience. Mais un travail à venir avec des sociologues de l'université d'Amiens devrait bientôt expliquer quels ont été les freins à la continuité du suivi. Pour ces gens-là, le soin est souvent le dernier de leurs soucis. Ils sont d'abord préoccupés par des questions relatives à la gestion du quotidien : comment payer leur logement, se chauffer, se nourrir, et s'insérer socialement. C'est une hypothèse forte que l'on doit conforter.

(1) Caisse Nationale d’Assurance Maladie.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité