Publicité

QUESTION D'ACTU

Rapport de l'Agence de biomédecine

Greffe : près de 23 000 patients en attente

L'activité de greffe d'organes continue de progresser en France. L'an dernier, 5 891 organes ont été greffés, soit une hausse de 2,5 % par rapport à 2015.

Greffe : près de 23 000 patients en attente chanawit/epictura

  • Publié 20.03.2017 à 18h54
  • |
  • |
  • |
  • |


Le don d’organes continue de progresser en France en 2016, selon les chiffres préliminaires dévoilés ce lundi 20 mars par l’Agence de la biomédecine. L’an dernier, 5 891 greffes ont été réalisées, soit 152 opérations de plus qu'en 2015. L’objectif de 5 700 transplantations annuelles est donc dépassé. « Cela a notamment été possible grâce à la générosité des donneurs, à la mobilisation quotidienne des équipes hospitalières spécifiquement formées et au soutien des associations », se félicite l’Agence de la biomédecine.

Au cours des 5 dernières années, l’activité de greffe a augmenté de 17 %. Une croissance permise par le développement du don du vivant et la greffe à partir de donneurs décédés d’un arrêt cardiaque après limitation ou arrêt des soins (protocole Maastricht III).


De nouvelle sources de greffons

En effet, cette diversification des sources de prélèvements permet de greffer un plus grand nombre de malades. Ainsi en 2016, sur plus de 3 600 greffes rénales, 576 ont été effectuées à partir de donneurs vivants, contre 547 en 2015. Seul bémol : la greffe de foie a partir de donneur vivant diminue. Cinq greffes ont été réalisées l’an dernier contre 15 l’année précédente.

Par ailleurs, l’Agence de biomédecine indique que le prélèvement dans le cadre de Maastricht III, initié en 2014, a permis 114 greffes en 2016. « A ce jour, 10 hôpitaux sont autorisés à réaliser ce type de prélèvements en France », précise l’Agence.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Un taux de refus encore élevé

Reste que la grande majorité des donneurs sont des patients déclarés en état de mort encéphalique. En 2016, 3 676 personnes décédées étaient considérées comme des donneurs potentiels, mais seulement 1 770 ont été prélevées. Une proportion de donneurs stable au fil des ans, notamment due au taux de refus des familles stable lui aussi depuis plusieurs années et qui qui atteint plus de 33 %. Pour diminuer cette opposition, la loi du consentement présumé a été récemment renforcée et de nouvelles modalités pour exprimer son refus ont été mises en place.

Malgré l’augmentation du nombre de greffons, la liste d’attente ne cesse de s’allonger. En 2016, 22 617 patients étaient en attente d’un organe. « La greffe ne permet plus seulement de sauver des vies, elle s’impose comme un atout thérapeutique majeur qui offre aux patients et à leur entourage une qualité de vie retrouvée », souligne l’Agence de la biomédecine.

Retrouvez l'émission L'invité santé avec Anne Courrèges
directrice de l'Agence de la biomédecine
diffusée le 16 juin 2016


Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité